3 choses que le yoga m’a appris

3 choses que le yoga m’a appris

J’ai cet article en tête depuis des mois mais impossible de réussir à m’accorder le temps de m’y consacrer. Pourtant il me tient vraiment à coeur car le yoga a littéralement bouleversé ma vie. D’une simple pratique de bien-être c’est devenu pour moi une véritable passion et une philosophie de vie que j’essaie d’appliquer au quotidien et dont j’avais envie de partager avec vous les bienfaits.

L’écoute

Mélanie © Alittlepieceof

L’un des principaux bienfaits du yoga c’est sans conteste l’écoute de soi. Réapprendre à respirer, à sentir son corps, à en prendre soin. C’est l’un des premiers effets de la pratique du yoga. Je vous le disais déjà dans mes précédents articles sur le sujet, avant de pratiquer j’ai vécu pendant plusieurs années en apnée. Peut-être est-ce également votre cas. Faites le test, lorsque vous écrivez un mail ou un sms, lorsque vous regardez votre série préférée ou lisez un bon roman, est-ce que vous sentez votre respiration ?
Pratiquer le yoga me permet d’écouter chaque jour ma propre respiration, et ainsi, de revenir à l’instant présent.
Et puis, une fois que la conscience est revenue à soi, alors on peut être bien plus à l’écoute des autres.

« Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester. » Proverbe indien

Le contentement

Mélanie © Alittlepieceof

Nous avons tous des désirs, des envies, des attentes. C’est à la fois normal et profondément humain. Le problème est que la vie répond parfois à ces attentes avec des résultats qui ne correspondent pas à la hauteur de nos attentes. Nous attendons beaucoup et ne recevons que peu. Le différentiel est une grande déception et une énorme frustration.
Aucun mystère dans ce mécanisme. Si nous attendons nous n’agissons pas, et ne pouvons donc pas recueillir de fruits de notre action.
La clé est donc de ne pas attendre, mais d’agir. Alors les opportunités peuvent se dévoiler et les résultats être dégustés. Pratiquer le yoga permet de reprendre contact avec l’action, de se dire « ok, quels sont mes besoins ? mes envies ? et qu’est-ce que je peux faire pour y parvenir ? » Et puis, avec le temps, les désirs deviennent de moins en moins nombreux et l’on se rend compte que l’essentiel est là. Santosha, le contentement, en sanskrit offre ainsi la gratitude en décidant de mettre le focus sur toutes les choses positives de notre quotidien et d’être reconnaissant d’avoir vécu ces expériences, même négatives. Il y a quelques années je ressentais énormément de frustration ne pas avoir ceci ou cela, d’avoir un petit salaire, je ressentais parfois de l’envie face à ce que possédaient les autres. Désormais je me lève chaque jour et me couche chaque soir avec un immense sentiment de gratitude pour ce que j’ai. Car j’ai déjà tout ce qu’il me faut. Y compris à l’intérieur de moi. Je n’ai pas besoin d’être plus ceci ou moins cela, pas besoin de me fondre dans un moule pour être acceptée, je me contente d’être moi. 
Pour autant cela ne veut pas dire se résoudre et tout accepter. La société dans laquelle nous vivons est pleine d’inégalités et d’injustice. Pratiquer le yoga ne doit pas faire occulter cela mais au contraire permettre de se décentrer pour non plus s’occuper uniquement de ses propres besoins mais aller bien au delà pour oeuvrer pour le bien être commun.

« Le bonheur suprême découle du contentement et d’une conscience bienveillante« . Patanjali

Le détachement

Mélanie © Alittlepieceof

Ces derniers mois m’ont prouvé combien plus je me détache de mes émotions et de mes attentes (ce qui rejoint ce qui est dit plus haut sur le contentement) plus les choses arrivent par elles-mêmes. Essayez ! vous verrez. Moins vous attendez que la vie vous offre des surprises plus elles sont nombreuses. Pour la première fois depuis longtemps (toujours !) j’ai remarqué combien les choses avaient moins d’impact sur moi. Un exemple concret : je me suis rendue compte dernièrement que je n’avais pas passé une rentrée aussi zen depuis… bah depuis toujours en fait ! Un truc à changé. J’ai les mêmes responsabilités qu’avant, les mêmes échéances à respecter chaque année, les mêmes coups de speed, les mêmes bobos qui m’enquiquinent, j’ai même ajouté deux concours de la fonction publique territoriale à mon agenda déjà bien rempli. Ce qui a changé, c’est la manière dont je prends les choses. Avec sérénité. Je suis dé-tendue. Je marche même beaucoup plus lentement qu’avant, moi qui ai toujours galopé sur les trottoirs ! C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi, ça veut dire beaucoup !
Par le détachement on entend aussi se détacher des objets. Bien que je n’ai jamais été très sentimentaliste à ce sujet j’ai entrepris un gros tri depuis quelques mois, dans mon dressing, dans mes placards… Il reste encore beaucoup trop de choses inutiles que l’on garde « au cas où » mais l’envie d’un intérieur plus minimaliste, avec « le nécessaire et pas plus » est ancrée dans mes futurs projets.

“Le détachement, ce n’est pas rien posséder. C’est faire en sorte que rien ne te possède.” Ali Ibn Abi Talib



2 thoughts on “3 choses que le yoga m’a appris”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.