Ouais, je viens de passer 3 semaines chez moi.
Je n’étais pas en congés, mais en arrêt maladie. Le plus long arrêt maladie de toute ma vie.
Et c’est bien pour cette raison que ces 3 semaines n’ont rien eu d’un doux moment de volupté.
Pourquoi je vous en parle ? (et pourquoi pas ?) Parce que je crois que j’ai besoin d’écrire, de faire le point, une sorte de bilan introspectif.
J’espère vous faire sourire de mes petites mésaventures parce que l’idée est bien là, certainement de me (faire) plaindre mais de prendre tout cela de manière lé-gère et beaucoup, beaucoup de recul.

Trop, c’est trop !

3 semaines chez moi, j’en rêvais ! Vraiment, depuis des mois j’en rêvais car aucune de mes dernières vacances ne m’ont donné le sentiment d’être réellement reposée. Et je suis certaine que parmi vous certain(e)s sont exactement dans ce cas là. Mais un arrêt maladie, ça non, vraiment, ce n’était pas du tout dans mes plans !
Mais voilà… je vous en ai touché 2 mots dans cet article, il y a un moment où il faut arrêter de se croire plus forte que tout, où il faut savoir écouter l’avis des professionnels et de mes proches.
Après avoir fait un bon burn out au printemps 2016 j’ai cru que ça allait mieux mais le premier trimestre de cette nouvelle année scolaire m’a prouvée que bah…euh…non.
Rien est réglé, tout n’a fait que s’accumuler et moi j’ai eu recours à la bonne vieille technique de l’autruche.

Allo maman bobo

Il aura fallu une extraction dentaire qui ne s’est pas bien passée du tout (du tout !) et un bras droit complètement en vrac pour que mon médecin me dise gentiment « Mais Madame, vous voulez une médaille ou quoi ? »
Bam 10 jours d’arrêt… des examens, des complications et rebelote 10 jours d’arrêt de plus.
Ou comment se retrouver seule sur un trottoir, en pleurs, en sortant de chez le médecin.
Oh je n’ai absolument rien de grave, je vous rassure mais accepter un tel arrêt a été très très TRÈS dur pour moi qui veut tellement bien faire au boulot et ne veux pas poser de soucis.
Je ne vous raconte pas la boule de stress quand il a fallu prévenir ma responsable…

Bon, mais voilà… avec l’aide de mes proches j’ai fini par accepter la situation et non sans mal, prendre un peu plus soin de moi.
Le plus dur étant d’être chez soi, d’avoir enfin du temps MAIS de ne pas avoir les capacités physiques pour faire ce que l’on aime ou tout ce que l’on voudrait. Se sentir limitée, même un peu, quel fardeau !
M’enfin, si j’écris ces mots c’est justement pour me prouver à moi même que ce laps de temps n’aura pas été vain.

Mélanie © Alittlepieceof

Durant ces 3 semaines à la maison, j’ai

  • consulté mon médecin 3 fois
  • attendu des heures et des heures dans des salles d’attente
  • lu 5 bouquins
  • terminé la saison 5 de Dowton Abbey et débuté la saison 6
  • échappé à la grippe et à la gastro !
  • passé l’aspirateur 2 fois et je n’aurais pas dû
  • été « disputée » par mon amoureux pour avoir passé l’aspirateur
  • passé une IRM de l’épaule
  • eu mal, très mal
  • passé un panoramique dentaire (souriez vous êtes filmée !)
  • tenté par 2 fois de me faire une manucure mais mes ongles refusent tout vernis (whyyyy ?)
  • consulté mes mails pro 4 fois et je n’aurais pas dû
  • fait une prise de sang
  • reçu 3 appels du boulot, pour régler des choses….du boulot
  • dépensé une fortune en soin et examens médicaux
  • consulté mon kiné 10 fois
  • dû piocher dans mes économies pour remettre mon compte en banque à flot
  • appris que j’avais une calcification de l’épaule droite et très probablement de l’épaule gauche également
  • foulé le sol d’une pharmacie 5 fois
  • eu une suspicion de syndrome du canal carpien
  • nagé 1 fois, mais qu’avec les jambes (c’est plutôt chiant !)
  • emmené mon fils aux urgences
  • parlé littérature avec mon kiné
  • fais un « dessin »
  • acheté des béquilles
  • vu mes ami(e)s 3 fois
  • regardé « Hannah Arendt » sur Arte et beaucoup aimé
  • largement présumé de mes forces
  • blogué un peu
  • emmené mon fils passé une radio
  • vu 2 films au ciné (La la land et Jackie) tous deux beaucoup aimés
  • raté une pièce de théâtre
  • cuisiné un tiramisu, des crêpes, des gaufres, des croques monsieur à la confiture, un bourguignon, des burgers…souvent avec l’aide de mon compagnon
  • bu un jus de fruits frais ou un smoothie tous les matins
  • fais du yoga tous les jours
  • (mal) dormi 9h par nuit
  • fais le taxi pour mon fils estropié
  • rêvé du boulot quasiment chaque nuit
  • assisté au fabuleux one man show de Frederick Sigrist, à mourir de rie et tellement, tellement juste !
  • bu seulement 3 cafés
  • fait sonner le réveil presque tous les jours (maman avant tout !)
  • versé pas mal de larmes
  • consulté un orthopédiste
  • acheté 2 romans, chez emmaüs
  • écouté la radio à longueur de journée
  • me suis offert des torchons, une azalée et des bulbes de tulipes et de crocus en super soldes
  • bu des litres de tisane, de rooibos et de chaï coco latte
  • ri de bon coeur avec mon chéri
  • fais des courses 2 fois et je n’aurais pas dû
  • regardé des vidéos de Coline, Julie (ma blogueuse pré-fé-rée !), Carine, Camille et Thomas
  • faist 4 siestes
  • fait 3 intolérances médicamenteuses dont une bien flippante
  • énormément culpabilisé
  • fais des recherches sur l’ayurveda
  • dormi avec un coussin sous le bras
  • écrit quelques mails
  • beaucoup trop mangé
  • consulté les offres d’emploi 4 fois
  • passé beaucouuuuup (beaucoup !) trop de temps sur mon smartphone
  • usé et abusé de mon coussin en noyau de cerises
  • croisé une connaissance liée au boulot à chacune de mes sorties (la loose !)
  • assisté au concert de Marta Ren à Beauvais (ouh yeah !)
  • trouvé que le temps passe trop vite…
  • découvert Lucille Crew, un groupe de hip hop venu de Tel Aviv
  • fêté les 16 ans de mon (grand) bébé

Aujourd’hui je retourne au boulot avec un certain soulagement mais aussi une certaine angoisse. J’ai encore pas mal d’examens médicaux à passer et mes soucis sont loin d’être réglés mais je ne peux pas rester sans travailler. Je sais que la douleur sera toujours là, avec moi, que certains moments vont être difficiles mais je sais aussi que cet arrêt m’aura libéré, enfin, d’une grosse part de tout le stress que j’avais accumulé ces derniers mois.
Reste à ne pas replonger dedans trop rapidement…

Let’s go, on reprend le boulot !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !