{Bien-être} Bilan d’une année de yoga

{Bien-être} Bilan d’une année de yoga

9 mois après avoir débuté le yoga en cours collectif j’avais envie de faire un point avec vous sur mes impressions, mes apprentissages et ma progression.

J’ai du mal à réaliser que cela ne fait que 9 mois que j’ai débuté le yoga tant cela m’a apporté. C’est vrai, j’avais débuté, seule, il y a déjà quelques temps mais je sentais bien que je n’allais pas au bout des choses, que je ne faisais que les effleurer et que seule, la pratique guidée par un professeur pourrait m’apporter ce que je cherchais.

A l’issu de cette première année, j’en tire pleinement les bénéfices.

Ma vision du yoga

Longtemps j’ai considéré le yoga (sans rien y connaître) comme un truc mystique qui ne me conviendrait pas. Et puis lorsque j’ai commencé à m’éveiller à la nourriture saine, à l’aromathérapie et au bien-être en général, il m’a été difficile de ne pas m’informer également sur le yoga.
Ma première rencontre avec lui s’est faite avec des petites cartes Nature et Découvertes qui reprenaient une à une chaque posture en les expliquant. Pas facile de savoir si l’on se positionne bien avec un simple support papier, je suis donc passée ensuite par les DVD et vidéos gratuites sur youtube.
Mais là encore… j’occultais toute la partie psychique liée à cette pratique, pour moi à ce moment là, essentiellement basée sur le corps. Je voulais me tonifier et me détendre.

Et ce n’est que cette année que vraiment j’ai réalisé que l’un ne va pas sas l’autre.
Il y a un an, je m’étais dis que je ferais du yoga “sportif” point barre et que les “OOOm” et autres chakras ne passeraient pas par moi.
Quelle erreur !
Le yoga tient compte de TOUT. Je n’entrerai pas dans les détails mais c’est vraiment une philosophie qu’il faut, si possible, prendre dans sa globalité.
C’est vrai que le yoga est à la mode, que les professeurs de yoga se mettent désormais en scène, font rêver avec des postures hyper délicates à réaliser, sponsorisés par des marques et prônant une vie de yogi fashion.
Mais le yoga ce n’est pas ça et je l’ai compris cette année.

Le yoga est une pratique qui tient compte de l’état du corps, de l’état du mental, de l’état de la personnalité, de l’énergie. Il faut le considérer comme une activité qui modifie à la fois le physique ET le psychique.

63b2fe0cdb5e7766828a5425239d2394

Sur le plan physique

De nombreux bénéfices sont à noter après 9 mois de pratique régulière.
Pour rappel, je fais la salutation au soleil chaque matin chez moi et je prends 1 cours d’1h15 en groupe par semaine.

  • Je m’étire beaucoup plus. J’en ressens le besoin plusieurs fois dans la journée. Je me lève de ma chaise de bureau et hop j’ai envie de m’étirer, je vais à la photocopieuse, je m’étire de tout mon long le temps que les feuilles sortent… C’est quelque chose qui est devenu presque naturel.
    En début de chaque cours on s’étire longuement et à la fin aussi. C’est tellement bon !
  • Je respire ! Je vous en parlais déjà ici mais c’est tellement fou pour moi ! Rendez-vous compte ! Cela faisait des années que je vivais en apnée, sans même m’en rendre compte. Le yoga étant basé sur la respiration je redécouvre le plaisir de sentir l’air entrer dans mes narines, le souffle chaud qui s’en échappe ensuite. Et surtout je me sens moins oppressée.
  • Ma poitrine s’est transformée. Ça vraiment je ne m’y attendais pas ! Pourtant je me souviens avoir entendu ma prof de yoga en parler en tout début d’année (en 8 ans de Yoga elle a gagné plusieurs de soutien gorge). Ma poitrine est beaucoup plus musclée, surtout au niveau des pectoraux. Cela est peut-être du aussi à la natation mais je pense que les salutations au soleil que je fais chaque matin n’y sont pas pour rien non plus (surtout la planche basse !).
  • Je n’ai absolument pas gagné en souplesse et ça bon bah c’est pas cool. Pourtant le yoga étire et allonge les muscles, les tonifient mais je suis un tel bâton de bois qu’il me faudra surement des décennies entières avant de pouvoir toucher mes pieds sans plier les genoux ^_^
  • J’ai appris de nouvelles postures et surtout à mieux les réaliser. Le chien tête en bas était pour moi une  torture avant, tant cela me tirait dans les mollets, même en pliants les genoux. Désormais je plie moins les genoux et j’en tire tout de même de nombreux bénéfices.
  • J’ai appris quelques mots de sanskrit. Ma prof nous donne toujours les noms de postures en sanskrit avant de nous les expliquer en français. C’est une langue si douce, tellement chaude à mon oreille. J’adore.
  • Mon bassin. Je n’ai pas réglé mes soucis de dos, puisque celui-ci est du à une malformation de l’une de mes vertèbre mais… j’ai appris à gérer ma douleur, à l’apprivoiser en quelque sorte. Je sais dans quelle situation je vais avoir mal (station debout trop longue (=plus d’1h), soucis de digestion, menstruation…) et je sais surtout quoi faire pour me soulager. La posture de l’enfant ou les genoux sur la poitrine me font un bien fou.
  • Mes cervicales. Là encore, je n’ai pas réglé les nombreuses tensions que je subis au niveau des cervicale mais je sais désormais d’où viennent mes douleur (période de stress = cou qui se bloque/craque) et après chaque séance, un poids s’en libère.
  • Je connais mieux mon corps. Notamment parce que l’on parle beaucoup des muscles et parties du corps lors des cours mais aussi parce que le yoga fait prendre conscience de chaque partie de son corps. Je sais désormais dissocier une douleur, une sensation.
Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof

Sur le plan psychique

C’est bien sur ce point que je ne m’attendais pas à quoique ce soit. Biensûr, j’allais au yoga dans l’espoir que cela puisse me détendre et m’apprendre à m’accepter telle que je suis mais cela va bien au delà.

  • Le lâcher prise : Là encore que de progrès ! Une anecdote pour mieux vous faire comprendre. Il y a quelques mois, ne pouvant aller à mon cours habituel (de yoga tonic) je suis allée à un cours de yoga “traditionnel”. C’était la même salle, la même prof. Seuls les élèves et la pratique changeaient. Ce que je ne savais pas c’est que pendant ce cours, notre professeur avait prévu des pranayama en chantant des mantras.
    Les pranayama consistent en un contrôle de la respiration, ce qui est indissociable d’une bonne pratique. Mais ce jour-là, en plus des pranayama nous avons dû… chanter des mantras. Et là… j’aurais voulu pouvoir me sauver à toute vitesse. Il y avait beaucoup de monde à ce cours, nous étions tous les uns près des autres car la salle n’est pas très grande. J’ai été incapable de faire ce que demandait ma prof. Incapable de laisser sortir le moindre son de ma bouche. J’étais crispée, énervée, en colère même tant j’étais loin de la pratique basée sur la salutation au soleil que je faisais habituellement. Je suis rentrée chez moi dans un état de colère important, avec l’envie de tout envoyer valser.
    Impossible pour moi de laisser sortir mon souffle et ma voix face à des inconnus.
    Désormais, lorsqu’il nous arrive de “chanter” des mantras, je le fais, à voix haute même si c’est chaque fois difficile au début d’entendre ma voix. J’ai commencé par le faire de manière intérieur, en ne bougeant que les lèvres sans laisser le son sortir, puis j’ai murmuré et désormais je laisse sortir le son. Il m’a fallu lâcher prise pour réussir cela.
    Si ces “Mâ” ou ces “ôooom” peuvent sembler étrange ils font partie de certaines pratiques du yoga et honnêtement cela fait du bien car le souffle sort différemment, plus intensément.
  • L’acceptation de soi : le yoga aide grandement à l’acceptation de soi. Aucune posture ne doit être réalisée à la perfection, elle doit juste être réalisée en fonction de ce que notre propre corps peut nous offrir à ce moment donné. Chaque posture s’adapte à la personne et non l’inverse. Je sais que j’ai encore bien du chemin pour m’accepter telle que je suis mais je sais que je suis sur la bonne voie.
    Là encore, les pranayama ont été difficiles pour moi au départ. Faire shitkari (la respiration par la bouche en faisant un immense sourire dents fermées) m’a donné du fil à retordre. Désormais j’en apprécie pleinement les bienfaits.
  • La détente : cette année aura probablement été la plus difficile pour moi professionnellement parlant. J’ai été à 2 doigts du burn out. Le stress m’a littéralement bouffée. Malheureusement le yoga n’aura pas suffi pour m’empêcher de sombre MAIS je n’imagine même pas ce que cela aurait donné si je n’avais pas eu le yoga. Car m’accorder cette heure chaque semaine m’a chaque fois fait un bien fou. Bien souvent j’arrive au cours stressée, vidée, lessivée, sans aucune énergie avec juste l’envie de rester chez moi vautrée dans mon canapé à manger des chips et j’en ressors légère comme une plume, apaisée, libérée.
    Je ressens une immense différence entre ce que je pratique seule et ce que je pratique en cours. Me laisser guider par la voix de la professeur, être dans un lieu dédié à la détente et à rien d’autre, cette bulle pendant laquelle je n’ai à penser à rien si ce n’est à moi…. c’est ça le véritable bénéfice de ce cours.

Chaque cours aura été différent durant cette année. J’ai appris beaucoup, j’ai adoré les anecdotes et enseignements donnés par Céline, j’ai poussé mon corps vers des postures qui m’ont offert de la reconnaissance et de la gratitude, j’ai été à l’écoute de moi, à l’écoute des autres aussi, j’ai pu me détendre, ne serait-ce qu’une heure par semaine, j’ai fait des progrès. Bref cette année n’aura été que bénéfique.

L’an prochain, j’y retourne (plutôt deux fois qu’une !!!) mais j’ai décidé de changer de cours. J’ai choisi un cours de yoga et plus de yoga tonic. L’horaire me convient mieux et me permettra de garder du temps pour une autre activité plus cardio.

Je sais d’avance que ces cours vont me manquer cet été. Je continuerais, je l’espère, ma pratique seule en attendant.

Mes autres articles sur le Yoga :

Rendez-vous sur Hellocoton !


7 thoughts on “{Bien-être} Bilan d’une année de yoga”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *