Bonifacio, la ville perchée dans les nuages

Bonifacio, la ville perchée dans les nuages

Je reviens de huit jours en Corse du Sud et, durant ce séjour, je me suis rendu compte à quelle point j’étouffe en ville et à contrario, à quel point je me sens pleinement vivante lorsque je suis en contact avec la nature. Pourtant la cité de Bonifacio reste l’un des plus beaux souvenirs de ce voyage, peut-être simplement parce-que la ville est réellement extraordinaire. C’est une ville exigeante qui se visite principalement à pieds, à grand renfort de pentes et de pavés, de ruelles étroites et d’escaliers escarpés. L’été, elle devient totalement impraticable (elle passe de 3000 âmes en hiver à près de 80 000 personnes par jour en été !) mais hors saison, c’est encore un vrai petit village qui se découvre le nez au vent mais aussi, en bateau.
Véritable musée à ciel ouvert, cette ville offre une collection de monuments historiques et religieux forgés au fil des siècles, des grottes marines, des calanques aux eaux turquoises, des plages de sable fin ainsi que des paysages rares tant sur terre que sous la mer qui font de Bonifacio l’un des sites les plus touristiques de la Corse.

Bonifacio, côté ville

Bonifacio, autrement dit « la cité des falaises » est un lieu pittoresque situé à la pointe extrême sud de l’île, elle occupe une place particulière dans le paysage de la Corse de par son emplacement sur la roche calcaire. Vu de loin on pourrait presque croire la ville suspendue dans les airs.
Vues d’en haut, c’est carrément vertigineux … de beauté. Les sentiers de Campu Romanilu et Pertusatu, offrent des vues imprenables et de très beau moments de marche pour les amateurs.
De nombreuses balades sont possibles autour et dans la ville pour en découvrir tous les aspects et prendre le temps de flâner ou se perdre dans les petites ruelles de la citadelle.
Nul doute que vous serez conquis par ce dédale de ruelles pavées, pleines de charmes, qui débouchent toujours sur une petite placette où il fait bon se restaurer, sur une église, sur un point de vue, sur des immeubles aux façades longilignes (et aux escaliers improbables, je serais d’ailleurs curieuse de savoir comment ils font pour déménager !)…mais aussi la patrimoine historique de la ville.
  • la porte de Gênes, unique entrée de Bonifacio jusqu’au XIXe siècle, elle fut munie d’un pont-levis en 1598, avec un système d’ouverture par contrepoids que l’on peut toujours observer aujourd’hui.
  • l’escalier du Roi d’Aragon, célèbre escalier a, si l’on en croit la légende, été creusé en une nuit par les troupes du Roy d’Aragon qui voulait s’emparer de la ville. 187 marches construites dans une faille naturelle à descendre pour s’émerveiller devant la vue et pour se rendre à la source d’eau douce qui alimentait la ville autrefois. son accès est payant mais déjà vu de la mer il est très impressionnant !
  • le bastion de l’Étendard, datant du XVe et dominant le port du haut de ses 25 mètres, en faisant le plus haut de France.
Mélanie © Alittlepieceof
D © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
D © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
D © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof

Bonifacio, côté mer

Depuis ses magnifiques falaises blanches, la ville s’ouvre sur la méditerranée à seulement quatorze kilomètres des côtes de la Sardaigne. Il est même possible par beau temps d’admirer depuis les hauteurs de Bonifacio les côtes sardes.
De nombreuses balades en bateau sont proposés (pour une somme modique) au départ du port permettant à la fois de découvrir la ville vue du bas des falaises mais aussi les grottes marines qui l’entourent ou un peu plus loin les îles inhabitées de Lavezzi.
On peut également admirer le grain de sable, emblème de la ville. Ce grain de sable (U Diu Grossu en bonifacien, soit littéralement « le gros doigt »), ne doit son appellation qu’à sa forme et non à sa taille. Il s’agit d’un morceau de falaise qui s’est décroché du reste et qui a été taillé par l’érosion.

D © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
D © Alittlepieceof

Mon conseil si vous souhaitez voir la ville de vos yeux : fuyez la saison touristique et armez vous de bonnes chaussures !

Un autre article passionnant sur cette ville au combien étonnante : Bonifacio, entre port et falaise



2 thoughts on “Bonifacio, la ville perchée dans les nuages”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.