Le minimalisme est devenu LE sujet de toutes les publications. Posséder moins pour vivre mieux. Une idée qui résonne en moi depuis un bon moment maintenant. Et c’est en lisant le dossier de Terra Eco consacré à ce thème passionnant que j’ai eu envie de partager ma propre expérience avec vous.

Depuis que je vis avec D, nombre de mes habitudes ont changées. Il faut dire que je suis passée de 10 ans de vie avec un acheteur compulsif et collectionneur (ce n’est pas un reproche ! juste un fait 😉 ) à me pacser avec un homme dont tout ce dont il a besoin pour vivre tient dans un sac à dos. Virage à 180°c (mais qui me correspond tellement, mais tellement mieux !!!)
Moi je ne me suis jamais considéré comme une sur-consommatrice, par manque de moyens financiers principalement mais aussi parce que je n’en ai jamais ressenti le besoin. Toutefois, j’ai eu des périodes d’achats inconsidérés et comme bon nombre d’entre nous, j’ai accumulés un certain nombre de choses dont au final je n’ai pas réellement besoin.
Et je suis loin d’être la seule. En effet, « selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, nous avons consommé un peu plus chaque année entre 1960 et 2010, si bien que le volume annuel de consommation par personne a été multiplié par trois durant cette période« … »nous les achetons, les accumulons, les oublions et les changeons très souvent »
Si devenue adulte je me suis mise à détester « faire les magasins » (vraiment je ne supporte pas ça) adolescente c’était un peu mon activité extra-scolaire à moi ! Le moindre euro (bon, ok c’était des francs, ça va !!!) que j’avais en poche je le dépensais en fringue ou accessoire. Je passais tous (tous !!!) mes mercredis après-midi avec mes copines à faire les boutiques.
Au secours !!!!!!
Aujourd’hui me faire une proposition de shopping c’est vraiment le pire truc que l’on puisse m’infliger !

Depuis plusieurs années j’ai entamé une réelle réflexion sur tout cela et aujourd’hui, il est clair que pour moi vivre avec moins est vivre mieux.

Lors de mon déménagement en décembre dernier j’avais déjà fait un bon tri dans à peu près toutes les pièces. Un déménagement est souvent le meilleur moment pour faire du tri car l’on repousse souvent cette corvée au moment fatidique où l’on a plus vraiment le choix. Et je pensais en avoir terminé… mais que nenni !!!!
Lorsque nous avons débuté les travaux d’isolation de nos combles j’ai été totalement effarée par le nombre de fringues que je possède encore 0_O
Des sacs et des sacs entier de fringues ! Je n’en voyais plus le bout ! Je n’en croyais pas mes yeux ! D’autant que sur l’espace d’une année je n’ai pour ainsi dire rien acheté !!!!
Il est donc grand temps que je fasse un grand tri. L’idée étant de garder uniquement ce que je mets (ça parait logique je sais). Une jupe un poil trop grande ou trop petite mais que je garde parce que je l’aime bien ? vires ! Une chemise que je n’ai pas mise depuis 3 ans ? vires !!!! et ainsi de suite.

Voyons voir pièce par pièce ce que j’ai entrepris.

Le dressing

Je me rends compte que j’ai 3 fois trop de trucs !!!! Pourquoi avoir 8 pantalons de sports ? 2 suffisent largement !!!!!!! Pourquoi avoir 5 t-shirt blanc quand 1 suffit (à moi de le remplacer lorsqu’il sera usé jusqu’à la corde !) Pourquoi garder des talons hauts quand je trouve ça hyper inconfortable et que mes soucis de dos me les déconseille ? Je garde 1 ou deux paires de petits talons pour les « occasions » et voilà !
J’ai donc décidé de désengorger mes armoires.
Pour cela je ne garde que :

  • ce qui est vraiment à ma taille et correspond à ma morphologie (et ce n’est pas si facile que ça en a l’air !)
  • ce que je mets (ça parait bête comme ça mais pas tant que ça !)
  • ce qui est considéré comme un « basique » (genre la petite veste noire passe partout)

Je n’achète déjà plus grand chose depuis plusieurs années mais si jamais ce doit être le cas j’essaie de :
Réfléchir à mon achat plutôt deux fois qu’une (est-ce qu’en ai besoin ou envie ? est-ce que j’ai de quoi le marier dans mes placards ? est-ce que je le mettrais plus d’un an ?…)
Acheter d’occasion (ou avoir l’immense bol de tomber sur un sac de super fringues qui allait partir à la poubelle comme ça a été le cas dernièrement pour moi)
Dépenser peu mais bien. Ainsi j’ai « investi » dans une paire de Veja et une paire et Faguo, deux paires de sneakers bio équitables que je sais pouvoir garder longtemps. Idem pour le reste, j’essaie de dénicher des jolies choses de bonne qualité en deuxième main.
Fini d’acheter des trucs qui ok ne coûte pas cher mais finisse à la poubelle 6 mois plus tard (même si concrètement je n’ai absolument pas les moyens de m’acheter des marques qui durent, à mon grand désarroi)
Et ce dont je ne veux plus j’en fais quoi ? => Emmaüs !

Cela peut sembler assez simple mais au final je crois que c’est la pièce qui va me demander le plus de temps.

Le salon

Nous avons assez eu de meubles mais j’aimerais que nous puissions en avoir encore moins et obtenir une pièce des plus épurée. Mais ce n’est pas simple.
Pour les livres, cela fait déjà longtemps que je n’en achète plus de neufs. J’opte pour l’occasion et là encore j’essaie de modérer mes envies car malgré un gros tri lors de mon dernier déménagement, il y a des livres partout dans mon salon ! Nous ne savons absolument plus où les mettre !
Si j’arrivais à venir à bout de ma PAL déjà, ce serait pas mal ! Pour le reste j’essaierais d’aller plus souvent à la bibliothèque (un jour peut-être…).

La cuisine

Je pensais là aussi avoir fait le vide avant le  déménagement. Pffff…loin de là ! J’ai donc viré tout ce que je n’utilise pas régulièrement et tant pis si je n’ai pas les mignonnes petits verrines comme ci ou comme ça. Pratique oui, joli ET utile oui sinon : vires !
A quoi bon avoir 10 saladier ? hein ? Nous sommes 3 à la maison et même si l’on reçoit parfois, cela reste occasionnel et on se débrouille avec ce que l’on a. Point. En plus je ne suis pas très douée pour recevoir en grand comité.
Pour la nourriture, j’ai trouvé la solution aussi. C’est monsieur qui fait les courses. Parce que moi j’ai un peu le syndrome du « j’aime voir mon frigo plein » et lorsque je faisais les courses je remplissais mon caddie sans vraiment faire attention aux dates de péremption ou même savoir ce dont j’avais réellement besoin pour la semaine à venir. Je fonctionnais plus à l’envie qu’au besoin et pour une gourmande comme moi autant vous dire que c’est une assez mauvaise idée !
Là, les courses sont faites avec une liste de ce dont on a besoin et puis c’est tout. Le plus dur étant de varier, mais ça c’est une autre histoire !

La salle de bain

image

Le problème est réglé depuis plusieurs années. Vive la slow beauty !
Je n’achète que très très très peu de produits de beauté car ceux que je choisis me durent plusieurs mois. J’accepte de tester certains produits lorsque les « marques » me contactent mais seulement si le produit correspond à ma démarche ou à mes envies.

Less is more ?

Je sais que je peux encore faire mieux sur bien des points déjà mentionné mais déjà le fait de trier et réfléchir à mes achats me fait le plus grand bien !
Mon but n’est pas de devenir une Béa Johnson bis avec zéro déchets, 3 jupes, 7 culottes et un soutif mais je suis réellement persuadée que vivre avec moins est ce vers quoi je dois tendre. En tout cas j’en ai envie. Et vous ?

Quelques liens intéressants sur le sujet :

Je vous invite à lire le très chouette article de Lætitia sur le sujet des dépenses :
http://www.eleusis-megara.fr/2015/06/la-redemption-dune-depensiere/

Faites le vide, sur Terra Eco :
http://www.terraeco.net/Faites-le-vide,60400.html

Mode responsable, bons vêtements  VS mauvais vêtements :
http://www.sweetandsour.fr/lifestyle/mode-responsable-bons-vetements-vs-mauvais-vetements/

Rendez-vous sur Hellocoton !