La côte d’albâtre

La côte d’albâtre

Tout plaquer et aller voir la mer…
C’était un peu le thème de mes minis vacances cet été. Ce mini séjour entre Le Havre, Etretat et Honfleur qui aurait aussi pu s’appeler “elle voulait revoir sa Normandie” tant ces lieux sont remplis de souvenirs pour moi. Avant tout c’était le besoin de prendre l’air, de partir pas trop loin et pas trop cher qui nous a poussés à choisir ces destinations.
Aujourd’hui je vous emmène sur la côte d’albâtre, à Yport, un petit village de pêcheurs et à Etretat entre plage de galets, goëlands gourmands et restaurant !

Etretat

Souvenirs, souvenirs…

Quinze ans que je n’avais pas mis les pieds à Etretat ! La dernière fois, j’avais fait le trajet sur la journée avec un pique-nique comme seul bagage. Mon fils avait deux ans et je voulais qu’il voit la mer. Il s’est assis dans les galets et a joué avec, lui qui était passionné par les cailloux à l’époque. Il faisait trop froid pour se baigner, la saison ne s’y prêtait pas. J’aurais pu l’emmener voir la mer ailleurs, plus près de chez nous mais Etretat c’est aussi un bout de mon enfance, un lien qui se transmet de génération en génération… C’est là que m’emmenait ma maman lorsque j’étais petite.
La plage d’Etretat, ses petits galets qui font mal aux pieds mais qui sont si doux à caresser, ses vagues qui les font chanter, ses eaux claires et fraîches dans lesquelles il est si revigorant de se baigner, l’incontournable chemin des douaniers d’où l’on peut admirer les falaises qui surplombent la Manche, monter tout en haut, se sentir si petit et si vivant !
C’est vrai, c’est hyper touristique mais une fois sur place moi j’oublie tout, y compris les familles qui posent pour une dernière photo et les papiers qui jonchent le sol.

Les mouettes et les goélands sont presque aussi nombreux que les touristes à Etretat ! Ce n’est pas faute de voir des messages un peu partout, et dans toutes les langues disant qu’il ne faut pas les nourrir. Mais personne ne respecte les consignes. Cela crée des nuisances pour les habitants, et surtout cela déséquilibre l’écosystème du lieu mais personne ne semble s’en soucier vraiment.
Pique-niquer sur la plage ou la digue est donc drôlement sportif et ressemble à s’y méprendre à un film d’Hitchkock mais cela fait aussi partie du folklore local…

D © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
D © Alittlepieceof
D © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof

 

Bonne adresse à Etretat

Trouver un bon restaurant dans un lieu aussi touristique relève forcément de la quête du Saint Graal, toutes les adresses proposent un service non stop et des cartes assez similaires où je doute que quoique ce soit soit préparé sur place… Je rêvais de manger des fruits de mer mais les tarifs pratiqués m’ont très vite refroidie. Heureusement il existe quelques exceptions où la carte est réalisée en fonction de la saison, des produits locaux et où le chef cuisinier…cuisine !
C’est le cas de La Flotille où nous avons passé un moment délicieux ! Nombre de couverts réduits (mais plus aucune table de libre 20 minutes après l’ouverture !), carte alléchante, personnel adorable et surtout cuisine au feu de bois dans une cheminée hallucinante (et probablement très vieille !) réalisée devant les clients !
Les moules à la cauchoise sont une petite merveille !

D © Alittlepieceof
D © Alittlepieceof

La Flotille
22 Rue Alphonse Karr
76790 Étretat

Yport

Seuls au monde ou presque

Pour arriver jusqu’à Yport nous avons suivi un chemin de randonnée. De notre camping, le Gr21b nous a permis de rejoindre la côte à pied. Douze kilomètres de marche aller retour en passant par des sentiers bordés de pâturages pour les vaches qui nous regardaient passer d’un air las, de petits bois charmants bercés de chants d’oiseaux et de sentiers déserts où tournoyaient des dizaines de papillons.
Une première étape nous a permis de découvrir la plage de Vattetot-sur-Mer en passant par le Bois des Hogues. Celle-ci offre une vue vertigineuse sur la falaise et constitue un spectacle saisissant de beauté ! Le charmant chemin qui descend jusqu’à la mer vous promène entre deux versants de la vallée, où se dressent des manoirs délicats et des villas étonnantes et somptueuses. Dans l’une d’elles, la Villa Marie-Louise, séjourna Maurice Leblanc, auteur des célèbres aventures d’Arsène Lupin.

Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof

Yport, une petite station balnéaire familiale

Petit village de pêcheurs niché dans une vallée boisée, Yport est aussi une petite station balnéaire familiale baignée par la Manche. Situé à 6 km à l’ouest de Fécamp et à 12 km d’Etretat, sur la côte d’albâtre c’est un site inscrit au patrimoine mondial de l’humanité pour ses superbes falaises.
La ville ressemble à s’y méprendre à Ault, en Baie de Somme ! On peut y voir une plage de galets avec ses bateaux de pêcheurs, de hautes falaises et face à la mer, vingt-quatre cabines de plages bleues et blanches aux toits pointus, élancées vers le ciel. Ces dernières sont d’ailleurs en place depuis un décret impérial du 11 avril 1868 !

Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
Rendez-vous sur Hellocoton !


1 thought on “La côte d’albâtre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.