Mes p’tits bonheurs – Octobre 2018

Mes p’tits bonheurs – Octobre 2018

Je n’ai absolument pas vu ce mois d’octobre passer ! J’ai le sentiment d’avoir été totalement noyée sous la masse de travail que j’ai actuellement et qui n’est malheureusement pas prête de se calmer dans les semaines à venir ! Malgré tout j’ai le sentiment d’avoir passé de très très bonnes semaines ! Une belle énergie, un certain dynamisme et le sentiment d’être bien dans mes pompes m’ont accompagnée durant toute cette période.
Cerise sur le gâteau, cette fin octobre est synonyme de congés et je peux, durant quelques jours m’éloigner du rythme effréné des dossiers à traiter, des évènements à organiser et des semaines remplies à ras bord !
L’automne est une période durant laquelle je me recentre énormément sur moi. J’en ai vraiment besoin. Je prends encore plus de temps pour moi, doucement je débute ma mise en hibernation, cette période de l’année où je n’ai qu’une seule envie : passer la journée chez moi, sous un plaid !
Heureusement, le mois d’octobre aura été si doux que pour une fois je n’ai pas (encore) ressenti ce besoin de me renfermer. Les semaines écoulées ont donc été ponctuées de quelques sorties, de quelques petits plaisirs et de petits bonheurs que je vous dévoile aujourd’hui.

Fêter mes 38 ans

38, c’est un chiffre que j’aime bien ! J’ai toujours préféré fêter mes âges pairs plutôt qu’impairs (oui, chacun ses bizarreries !)
J’appréhendais beaucoup cet anniversaire et j’avais vraiment peur de me mettre à broyer du noir mais ce fût tout le contraire ! J’ai reçu une telle dose d’amour de mes ami(e)s et de mes proches, été tellement gâtée et surprise que j’ai passé une fabuleuse journée !  C’est vrai, elle m’a manquée et le soir même, je dois avouer qu’une fois l’effervescence de cette belle journée passée toutes mes pensées se sont dirigées vers elle, mais de manière positive, en me disant que de là où elle est (ou n’est plus) elle devait être sacré heureuse pour moi.

Vivre pleinement les lunaisons et mes émotions

Je crois que je ne suis pas loin du no shopping la majeure partie du temps (il faut dire aussi que ce n’est pas folichon question budget en cette période…) mais parfois j’ai de véritables coups de coeur et je me fais plaisir ! Ce fût le cas le mois dernier avec les coffrets Nouvelle Lune et Pleine Lune de Womoon. Ces derniers contiennent l’essentiel pour tout savoir sur les lunaisons et leurs énergies.
Je vous en parlais déjà ici, je suis très sensible aux phases lunaires et j’accepte enfin les émotions qui y sont associées. Ces coffrets, et même plus largement le womanifeste lancé par Célia et Julie décomplexe totalement cette sensation que j’ai toujours caché à mes proches pensant que j’étais la seule à les ressentir voire même que j’étais un peu dingue. Aujourd’hui, grâce à ces coffrets, j’accepte enfin ce que je ressens et tente de le vivre pleinement. Grâce aux carnets et aux petits rituels qu’ils contiennent je vis chaque phase lunaire en accord avec mes émotions. Depuis que je fais cela, je me sens beaucoup plus en phase avec moi-même. Avant, la pleine lune était pour moi une période durant laquelle j’étais angoissée, où je ne dormais pas. Désormais je vois l’astre lunaire, rond et plein comme une protection et je dors comme un bébé la veille de la pleine lune. La nouvelle lune m’apporte une énergie et une fougue incroyable ! Je me sens submergée par ce feu, je tente de canaliser ce trop plein et de rester à mon écoute.
Chaque coffret contient en outre une tisane absolument délicieuse !

Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof
Mélanie © Alittlepieceof

Me soigner grâce à l’aromathérapie

Mélanie © Alittlepieceof

J’ai aussi refait le plein de quelques huiles essentielles pour la période hivernale qui arrive (doucement mais sûrement) L’aromathérapie fait partie des premières choses que j’utilise lorsqu’un petit souci de santé et un léger mal-être m’envahit.
Je ne connaissais pas du tout l’huile essentielle de Laurier Noble et si je ne suis pas super fan de cette herbe en cuisine, distillée c’est une pure merveille ! Elle sent si bon ! Je l’utilise pour soulager mes douleurs articulaires mais également pendant mes pratiques de yoga du soir pour me détendre, en alternance avec la mandarine jaune dont le parfum est totalement addictif et qui m’aide à trouver le sommeil. Elle est réputée pour aider à apaiser le stress et les angoisses, je la diffuse donc dans ma pièce de yoga mais aussi dans ma chambre à coucher avant d’aller me coucher.
L’huile de palmarosa m’aide quand à elle à lutter contre le stress, l’anxiété, l’irritabilité, la fatigue générale et la baisse de forme. Je l’utilise également pour son action antitranspirante, positivante, réconfortante et rééquilibrante.
Il y a quelques jours j’ai eu le plaisir de tomber sur une pharmacienne qui m’a conseillé un traitement à base d’huile essentielle. C’est la première fois que j’entre dans une pharmacie et que l’on ne me propose que des solutions douces et naturelles. J’ai été plus qu’agréablement surprise et je suis ressortie de là en me disant qu’enfin, peut-être, les choses allaient dans le bon sens !

Des concerts (et un mini coup de gueule)!

Le mois d’octobre a débuté avec un petit concert de musique cubaine tout près de chez moi. L’Artiste, Yaida Jardines Ochoa, m’était inconnue mais je me suis dit qu’un peu de musique cubaine ne pourrait pas me faire de mal pour me réchauffer le coeur et le corps en cette période de changement de saison (c’était sans compter sur les températures estivales qui ont suivies !)

J’ai ensuite eu le plaisir d’assister au concert d’Eskelina. Je vous en parlais brièvement ici.

Et puis, LE concert que j’attendais depuis des années, depuis que je l’avais entendu répéter dans les arènes d’Arles et que j’étais restée scotchée au grillage, médusée par sa voix, sans le voir pourtant mais me promettant d’assister à l’une de ses prestations scéniques un jour. Asaf Avidan donnait l’un de ses derniers concerts en solo dans un lieu particulier : le Théâtre des Champs Elysées, véritable écrin d’abord dévolu à la musique classique. Une salle mythique et une posture scénique qui mettait en valeur sa voix d’or, seulement accompagnée par son jeu de guitare et des boucles. L’un des concerts les plus viscéralement émouvant qu’il m’ait été donné de voir !
Pourtant, nous étions sacrément mal placés. Vous le savez si vous me lisez depuis un moment, je fuis les concerts parisiens comme la peste. Les grandes salles et leurs places qui coûtent un bras pour apercevoir à peine les artistes ou pire, les voir sur un écran, j’ai donné et ce n’est vraiment plus un plaisir pour moi. Seulement, je sais bien que certains artistes ne sont visibles que dans ces conditions et voir Asaf Avidan était un tel rêve que malgré le prix de la place je voulais absolument m’y rendre. Ce concert était un cadeau que j’ai reçu pour mon anniversaire, mais j’en connais le prix et je sais ce que cette somme représente pour notre budget. Alors quand, en arrivant sur place je me suis aperçue que nous étions placés au poulailler, je vous avoue, j’ai pris une sacrée claque ! Non pas que j’étais déçue par mon cadeau non, mais parce que je suis outrée par ce système qui veut qu’un artiste ou une salle puisse demander une somme pareille pour être si mal placé ! 45 balles pour ne rien voir ? combien pouvait bien coûter la place au premier rang ????? 100 euros ? Je ne mettrais jamais 100 euros pour voir un artiste, aussi fabuleux soit-il ! Parce qu’avec 100 euros, je fais un plein de courses ! Parce que 100 euros c’est ce qui permet à mon fils de manger pendant un mois à la cantine ! Alors non, 100 euros dans une place de concert, je ne peux pas. Je ne juge absolument personne en disant cela, simplement, moi, je ne peux pas, financièrement déjà et psychologiquement non plus. 45 euros pour aller voir un artiste c’est déjà beaucoup, c’est déjà le maximum que j’estime acceptable mais pour être placé comme des merdes ? non ! Vraiment il ne faut pas abuser ! Reste que nous en avons pris notre partie, que nous avons trouvé une petite loge où mon amoureux et moi étions seuls, que nous avons escaladés la rambarde pour apercevoir celui dont j’aime la voix par dessus tout, nous avons passé un très bon moment et nous avons pu profiter de ce concert malgré tout magique qui restera un fabuleux souvenir.

L’arrivée de l’automne

D © Alittlepieceof

C’est vrai, je peste chaque année à l’arrivée de l’automne. Je peste parce que je déteste avoir froid, que je déteste encore plus l’humidité, les journées qui raccourcissent et la pluie. Il faut dire qu’en Picardie nous sommes plutôt servis de ce côté là ! Heureusement cette année, l’été s’est prolongé et nous avons pu profiter des sublimes couleurs de l’automne sans tous ses désagréments. Bien que ce réchauffement climatique m’inquiète au plus haut point, je dois avouer que profiter de cette douceur fût un véritable bonheur.
L’automne reste un passage difficile pour moi mais c’est une saison qui apporte elle aussi son lot de petits plaisirs. Les balades en forêt, les après-midis à boire du thé bien chaud en lisant sous un plaid, les couleurs chaudes que prend la nature, les petits plats à base de courge, de noix et de noisettes, le rythme que l’on peut ralentir une fois le week-end venu…
J’attends avec bien plus d’impatience l’hiver et son froid sec, ses chocolats chauds, ses raclettes et ses soupes fumantes dégustés en regardant la lumière froide du ciel.

Me soigner grâce à la yogathérapie

Mélanie © Alittlepieceof

Je vous en parlais déjà l’an dernier, le yoga peut soigner. Il peut soigner des douleurs physiques, mais aussi des déséquilibres émotionnels. C’est grâce à la yogathérapie que je suis venue à bout d’une calcification de l’épaule. La preuve en est le diagnostic réalisé il y a quelques jours par ma yogathérapeute, mon épaule est revenue dans son axe ! Une sacré victoire après une année de souffrance !
Après un tel résultat, j’ai décidé de retenter l’expérience pour un autre problème de santé. Un problème de dos cette fois.
Je vis depuis des années avec une douleur aux lombaires, une douleur intense, une brûlure invisible qui se transforme parfois en véritable cauchemar.
Il m’a fallu du temps pour comprendre que ce n’était pas seulement dû à une mauvaise position de sommeil ou de travail mais à une véritable pathologie et ce n’est qu’en décembre 2016 que l’on m’a diagnostiqué une spondylolisthésis.
Il s’agit d’un glissement vers l’avant d’une vertèbre par rapport à la vertèbre située juste en dessous. Dans la majorité des cas, il se situe au niveau lombaire bas et particulièrement en L4-L5 ou L5-S1 comme c’est le cas pour moi. En français cela signifie que le bas de ma colonne vertébrale forme un S, ma cambrure est très (trop) prononcée et cela cause un pincement au niveau du nerf sciatique et une lésion au niveau des disques lombaires.
Si vous  avez déjà souffert d’une sciatique, vous devez vous souvenir de la douleur que cela provoque ? C’est avec cette douleur que je vis, au quotidien. Lorsque je suis en crise, j’ai l’impression d’avoir un pic à glace planté dans chacun de mes fessiers.

Chez certaines personnes, la spondylolisthésis passe inaperçue et n’est même pas douloureuse. Chez moi, peut-être parce que j’ai tardé à la découvrir et à adapter mon mode de vie et bien que je n’en sois qu’au stade 1, la douleur peut s’avérer aussi insupportable qu’handicapante.
L’IRM a montré que j’avais une petite lésion au niveaux des isthmes vertébraux avec un début de hernie discale provoquée par le tassement de mes lombaires.
Au quotidien, cela signifie que j’ai dû faire une croix sur le footing et sur les sports à impact. Marcher ou rester debout plus de 30 minutes est devenu insupportable tant la douleur qui en résulte est forte. J’ai l’interdiction formelle (bien que très difficile à mettre en application au travail) de porter des charges lourdes. Les seuls sports qui me sont autorisés : le vélo et la natation.
Cette douleur, j’ai appris à la gérer, à l’apprivoiser. Je sais ce que je peux ou ne peux pas faire. Mais parfois lorsque la crise inflammatoire arrive je me sens démunie, il y a des fois où le simple fait de m’asseoir ou me lever est une torture.
Ma yogathérapeute m’a donc proposé de me prescrire une séance de yoga adaptée à ma pathologie dans le but d’empêcher qu’elle ne s’aggrave. Cette séance dure 10 minutes et vise à inverser le tassement de mes lombaires. Non seulement elle me soulage en cas de crise mais elle pourra, à terme, et si je pratique de manière régulière, peut-être même inverser légèrement le glissement.
Au delà de cela, cette séance m’a permis, à travers toutes les questions qui m’ont été posées par ma yogathérapeute, de réaliser tout le chemin parcouru durant l’année écoulée. La calcification de mon épaule a été la goutte d’eau qui a fait déborder mon vase, le déclic qui m’a permis de prendre conscience de mes faiblesses et de travailler dessus. Aujourd’hui, à l’aide de ma yogathérapeute je me suis rendue compte à quel point je me sens bien dans mes baskets, vraiment bien. Bien dans mon job (même si j’ai d’autres aspirations et que j’aimerais qu’un jour mes compétences soient valorisées par une augmentation de salaire, plus que méritée), dans mon couple, bien dans mon rôle de maman, bien avec mes proches, bien dans ma vie, tout simplement. J’ai planté des graines et celles-ci portent leurs fruits et j’en suis ravie.

 

***

“Il suffit de prêter attention ; les leçons viennent toujours quand vous êtes prêt, et si vous êtes attentif aux signes, vous apprendrez toujours tout ce qui est nécessaire pour l’étape suivante.”
Le Zahir – Paulo Coelho

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


3 thoughts on “Mes p’tits bonheurs – Octobre 2018”

  • Je n’ai pas vu non plus octobre passer … sûrement parce que nous avons passé 15 jours merveilleux au Québec début octobre … ça aide 😉
    Je te souhaite bon anniversaire en retard !
    Et comme toi, je trouve ça scandaleux que pour 45€, tu ne sois pas mieux placée à un concert … Cela devient de pire en pire … J’essaye pour ma part d’avoir toujours des places avec mon comité d’entreprise car en effet, ça fait mal de mettre plus …

    View Comment
    • Le Québec à l’automne, ce doit être merveilleux ! J’espère que tu en as bien profité !
      C’est vrai que les CE peuvent bien aider, ceci dit rien ne remplace les petites salles à mon goût 🙂
      et félicitations pour ta grossesse 🙂

      View Comment
  • J’ai vu Asaf en concert… en vidéo et j’ai adoré.
    Je ne peux pas aller dans une pièce confinée avec beaucoup de personnes, aussi, je me contente des vidéos… mais je peux comprendre ce que cela peut produire comme effet que de le voir “vraiment”. Il est juste bluffant !
    J’aime beaucoup la phrase de Coehlo. Elle me parle beaucoup.
    Très joli novembre

    View Comment
    • J’ai découvert il y a peu de temps que l’on pouvait en effet assister à des live en vidéos, je trouve ça vraiment génial ! Tu as une plateforme à me conseiller ? Merci et à bientôt, très joli mois de novembre à toi aussi 🙂

      View Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.