AfficheVIAEUROPETOUR2009_1_thumb_1_Monoral est un groupe de rock japonais dont les chansons sont en anglais. Le groupe est composé d’Anis Shimada (chant, guitare) et d’Ali Morizumi (basse, guitare).

Nous avons, chéri et moi, découvert ce groupe grâce à l’animé Ergo Proxy dont ils ont composé et interprété le sublime générique d’ouverture « Kiri« . Je m’aperçois d’ailleurs que je ne vous ai jamais parlé de cet animé qui pourtant le mérite amplement !!!

Il y a deux semaines, chéri m’envoi un mail avec un lien annonçant leur venue pour un concert unique à Paris. A 13€ la place, on ne pouvait pas refuser. Voir un groupe japonais en France est toujours un évènement rare auquel il est assez exceptionnel d’assister il faut bien le dire.
C’est ainsi que Mardi 05 mai 2009, nous étions, ma moitié et moi même à Paris pour assister à ce show mémorable.
Récit d’une soirée mouvementée….

17h30 je m’éclipse du boulot (je finis à 18h00 normalement hmmmmm….)
17h35 je récupère la babysitter à son boulot, je la « jette » à la maison en lui donnant les indications pour la sourée (le repas est dans le four, la douche à 19h, dodo à 21h….) , le temps de faire un bisous à K. récupéré entre temps à l’école par chéri d’amour et nous filons.
Direction la gare de banlieue la plus proche de chez nous pour prendre le train. Le concert est annoncé à 19h00, impossible d’y arriver à temps en voiture !
A peine le temps de trouver une place pour nous garer, d’acheter mon billet et nous voilà monté dans le train de justesse !
45 minutes plus tard nous voilà à Paris, encore 20 minutes de métro et nous serons à bon port. Je scrute ma montre, 19h05, 19h10… on court en nous disant que tant pis on aura raté le début.
19h15, nous voilà passage Thiéré dans le 11ème arrondissement de Paris. Le concert se passe à la Mécanique Ondulatoire,  qui est enfait un bar musical. Première fois qu’on y met les pieds mais un de mes collègues qui y a joué avec son groupe m’avait un peu expliqué où j’allais atterrir. On entre, pensant être très à la bourre et là….on tombe nez à nez avec une foule de gens qui attendent. La barmaid m’explique qu’il faut attendre parce que la salle de concert n’est pas encore ouverte. Ok ! On a couru pour
rien…..
On a le temps de zieuté un peu autour de nous. Le bar est petit et déjà plein à craquer. La déco est géniale, indescriptible, mélange de rétro (une vieille pompe à essence, de vieux fauteuils vintage…) et de loufoque (une paire de ski accroché au mur, un BatMan qui surplombe le mur des bouteilles).

la_mecanique_ondulatoire On reconnait pas mal de tête déjà croisés lors d’autres concert de JRock (, ou par exemple) ou à la Japan Expo, c’est marrant. Chéri, qui a l’oeil me fait même remarqué que plusieurs personne bossant sur la chaine Nolife sont là. Caroline et José entre autre…
Même que José était carrément juste à côté de nous ! Oui, bon, si vous ne regardez pas Nolife ça ne doit pas vous dire grand chose mais nous on étaient tout content 😀
Tout se petit monde commande à boire, discute dans son coin. Il fait très chaud dans le bar.
19h30 bien tassé, sortis de nul part, je vois, incrédule, Anis et Ali accompagné de leurs deux musiciens traversé la foule présente dans le bar, comme ça, au milieu de tout le monde, le sourire aux lèvres, comme de parfait inconnus ! Trop fort. Un groupe de japonaise les interpellent pour leur souhaiter bon concert et on droit à une poignée de main. Tout ça à une vingtaine de centimètre de moi !

Quelques minutes plus tard, la foule commence à se presser. La salle ouvre ses portes. Enfin… la salle…plutôt la cave !
On descend un petit escalier très escarpé et on arrive dans ce qui est bel et bien une cave voûté avec l’odeur et l’humidité qui l’accompagne. Le lieu est beau et complètement atypique. A peine 150 personnes peuvent tenir là dedans et c’est très très vite que le quotat est atteint. C’est là que l’on se dit que l »on est vraiment privilégié d’assister à cet évènement. La cave est tout en longueur, pas très adaptée à un concert on va dire, mais bon….c’est original ! La scène est toute petite, 4 musiciens tiennent dessus et basta.

CIMG7457Ma seule photo prise de la soirée*, avant le concert.

Chéri et moi nous retrouvons collés contre l’un des murs de la cave, le point positif : le mur était frais, ça fait du bien !
L’attente commence…interminable….et c’est seulement Monoral arrive et là… deuxième moment surréaliste de la soirée, Anis, Ali et leurs musiciens arrivent par le même escalier que nous et traverse la foule pour arrivé sur la scène. Bref, on était comme à la maison !
Le concert commence enfin. Il est 20h30.
Je vous avoue que pendant la première demi-heure je n’ai pas vu grand chose. C’est dans ces moments là que mon 1,50 mètre m’handicap vraiment, mais je n’étais pas la seule, toutes les japonaises
présentent vivait le même calvaire. Et puis au fur et à mesure la foule s’est déplacé et j’ai pu me trouver une petite place, où, sur la pointe des pieds j’ai pu profiter du spectacle.
Le concert a duré 1h30 qui sont passées très très vite. C’était assez incroyable. Anis, le chanteur qui est métis japonais/marocain, a parlé français pendant tout le concert et je peux vous dire qu’il parle très très bien français. Cela a créé une émotion toute particulière et une complicité incroyable avec le public. Les personnes au premier rang on eu droit à la bise, à de nombreux serrage de main, à des private joke.
Anis est intervenu entre chaque chanson, son sourire trahissait sa joie d’être là, son plaisir d’être avec nous, de chanter pour nous. Il a fait preuve d’une sacré touche d’humour, aussi bien envers ses musiciens qu’envers le public. Il nous a également gratifié de quelques mots en arabe.
Ali, qui est métis japonais/nord américain, lui n’a pas parler français, mais a dit quelques mots en anglais.
Ils ont enchainés les titres, dont certains que je ne connaissais pas. L’ambiance dans la cave était survoltée, ça sautait de partout. A mi concert, Anis nous a fait croire que c’était le dernier titre en interprétant « Tangled » que j’adore et il a mis le feu à la salle. La température déjà atroce est montée de plusieurs degré et le public s’est vraiment déchainé. Mais évidement, c’était loin d’être la dernière chanson. Pour la deuxième partie du concert, Anis nous a simplement demandé ce que nous voulions qu’il chante. C’était hallucinant, tout le monde y allait de ses cris pour défendre le titre qu’il voulait entendre. Moi j’hurlais « Sparta » et j’ai eu gain de cause, pour la toute dernière chanson du show. J’ai chanté, j’ai sauté autant que
j’ai pu, c’était génial mais je crois qu’une ou deux chansons de plus et je tombais dans les pommes ! La dernière fois que j’ai eu aussi chaud à un concert c’était pour Olivia Ruiz à l’Ouvre Boîte !
Je suis ressortie de là les jambes en compotes et surtout trempée de la tête aux pieds !!!!!!!
A la fin du concert, les membres de Monoral sont tout simplement descendus de scène pour retraverser la foule en direction de l’escalier menant au bar, nous les avons suivi et là encore, ils se sont montrés extrêmement accessible. Lorsque nous sommes partis, Anis était entrain de parler avec l’une de ses fans japonaise, de façon simple et naturelle, comme s’il avait parlé à une bonne copine, toujours le sourir jusqu’aux oreilles. Nous serions bien resté pour tailler la bavette avec lui mais nous avions un train à prendre.
Nous sommes rentré à minuit, le temps de raccompagné la baby sitter chez elle, de prendre une boooonne douche et dodo !

S’il y a bien une chose à retenir c’est que les Monoral sont des anti star absolues. Pas de paillettes, pas de star system, pas de grosse tête, pourtant leurs notoriété au pays du soleil levant n’est plus à démontrer. Ils nous ont promis de revenir très vite en France, j’espère cette fois pour une plus grande salle, La Loco, pourquoi pas ?!

ef0bb9f1Un concert dont on se souviendra longtemps.

*Dès que j’ai d’autres photos, je vous les publierais.

Si vous ne connaissez pas Monoral, je vous invite vivement à les découvrir sur leurs Myspace : www.myspace.com/monoralofficial

Rendez-vous sur Hellocoton !