Nous sommes libres

Nous sommes libres

Aujourd’hui je fête mes 38 ans.
Un anniversaire très particulier puisque ce sera le tout premier que je fêterai sans ma maman. Bien sûr il y a eu des fois où nous n’étions pas réunies pour souffler mes bougies, mais cette fois, c’est différent car non seulement, je ne la verrai pas mais je ne l’entendrai pas non plus me le souhaiter, je ne recevrais pas de carte ou de petit colis de sa part…
C’est un drôle de sentiment que de fêter sa naissance après la perte de celle qui nous a mis au monde.
C’est un anniversaire qui a une drôle de saveur, qui me semble un peu moins important ou au contraire, peut-être même plus important que les précédents, c’est un peu confus.
Ce n’est pas tant mon âge donc qui me travaille aujourd’hui mais le fait que je n’ai plus près de moi la personne avec qui le fêter avait vraiment un sens.
Pour l’occasion, et bien que ça n’ait pas vraiment grand chose à voir, j’avais  envie de partager avec vous un texte que j’aime énormément, qui me touche au plus profond de ce que je suis aujourd’hui, qui reflète le monde tel que je voudrais qu’il soit, tel que je veux le vivre en tout cas, un texte d’une beauté immense, que je vous offre en espérant qu’il résonnera en vous autant qu’en moi.

♥♥♥

Je libère mon partenaire de l’obligation de compléter.
Je libère mes parents du sentiment qu’ils ont échoué avec moi.
Je libère mes enfants du besoin de m’apporter de la fierté, qu’ils puissent écrire leurs propres chemins selon leur cœur, qui leur murmure tout le temps à l’oreille.
Je ne manque de rien, j’apprends avec tous les êtres tout le temps.
Je remercie mes grands-parents et mes ancêtres qui se sont réunis pour respirer la vie aujourd’hui.
Je les libère des échecs passés et des désirs non accomplis, sachant qu’ils ont fait du mieux qu’ils pouvaient pour résoudre leur situation avec leur niveau de conscience.
Je dépouille mon âme devant leurs yeux, c’est pourquoi ils savent que je ne cache ni ne dois rien,
plus que d’être fidèle à moi-même en marchant avec la sagesse du cœur, je sais que j’accomplis mon projet de vie,
libre de loyautés familiales qui peuvent perturber ma paix et mon bonheur, qui sont de ma responsabilité.
Je renonce au rôle de sauveur, d’être celui qui unit ou répond aux attentes des autres.
Je chéris mon essence, ma façon d’exprimer, même si on peut ne pas me comprendre.
Je t’honore, Je t’aime et te reconnais innocent.
J’honore la Divinité* en moi et en toi…
Nous sommes libres.

(D’après une ancienne bénédiction chamanique traduite du Nahuatl, origine inconnue)

 

*ici la divinité n’est pas obligatoirement religieuse.. à chacun d’y mettre ce qui le touche personnellement

Rendez-vous sur Hellocoton !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.