Ma sélection musicale du mois – Avril 2018

Ma sélection musicale du mois – Avril 2018

Je ne sais pas si c’est à cause du retour du printemps et de l’habituel regain d’énergie qui l’accompagne chez moi mais cette sélection musicale est sacrément… groovy !
Et en grande partie sponsorisée par mon amie Justine grâce à qui j’ai pu faire une partie de ces belles découvertes !
Laissez vous portez, laissez entrer le soleil, bougez, dansez !

Janelle Monae – You make me feel

Ne cherchez pas, j’ai entendu cette chanson un samedi matin en voiture et depuis, c’est simple, je me la passe chaque fois que j’ai un petit coup de mou. Succès garanti ! Je me mets à danser comme un dingo et ça va mieux ! Un petit air de Prince dans cette chanson, le claquement de langue (ou de doigts je ne sais pas), ce groove… j’a-do-re !

HollySiz – Rather Than Talking

Cécile Crochon, connue sous les noms d’artiste Cécile Cassel et HollySiz, est une actrice et chanteuse française. Elle n’est autre que la (demi) soeur de Vincent Cassel… Rien que ça ! (fin de la minute people)
Elle a élaboré son nouvel album entre New York, La Havane et la côte basque. «Rather Than Talking» résume bien cette femme de 35 ans, auteur, compositrice, comédienne, danseuse, réalisatrice, qui aime l’action, la création.
«C’est un portrait de femme(s) d’aujourd’hui. J’ai pris conscience ces temps derniers que les droits des femmes sont encore fragiles
«Rather Than Talking» («plutôt que parler»), est une véritable invitation à chanter et à danser et à se soulever, à ne pas se laisser faire, à dire haut et fort qui l’on est. 

Deva Mahal

La relève de la soul classique nous arrive des Etats-Unis, via la dynastie Mahal. Deva Mahal est la fille du légendaire bluesman Taj Mahal (dont le vrai nom est  Henry Fredericks, et dont la soeur s’appelait Carol, oui Carol Fredericks , celle de Goldman, Jones et Fredericks) Autant vous dire qu’avec cette filiation, la nana possède un sacré bagage. Elle a récemment sorti son premier ep, dont est extrait le titre Snakes, qui s’impose aujourd’hui dans une très belle vidéo inspirée par les films d’animation de silhouettes créés par l’Allemande Lotte Reiniger dans les années 1920. Son premier album, Run Deep, sortira cette année.
La jeune chanteuse Deva Mahal s’inscrit d’emblée dans cette tradition afro-américaine bi centenaire, comme pour rendre hommage à ses ancêtres à qui elle doit une des plus belles musiques du monde, la soul music, la musique de l’âme…
Oh oh oh oh. Hé hé hé hé.

Kimberose – Needed you

«Chapter One» le premier album de Kimberose. 11 titres puisant dans les racines de la soul en y apportant la modernité d’un des groupes les plus intéressants de sa génération.
Kimberly Kitson Mills est une chanteuse sidérante, une tornade de feeling, revisitant cette musique désormais ancienne qu’est la soul pour lui redonner vigueur et nerf. Sa voix convoque instantanément la mémoire des divas douloureuses du jazz et de la soul, de Billie Holiday à Amy Winehouse en passant par Nina Simone.
Solaire et fragile à la fois, Kim, petite française issue de l’immigration (d’un père anglais et d’une mère immigrée du Ghana à Paris), à 26 ans, est prête et armée pour partager cette évidence : la musique de l’âme a encore tant à dire, et tellement d’extases à offrir. Kimberose enregistre un EP de 4 titres en 2017, qui lui vaut un passage remarqué dans «Taratata», puis «C à vous». Son EP se classe alors immédiatement dans les meilleures ventes Françaises, grâce au titre «I’m Sorry». Et si le EP et les prestations live de Kimberose restaient dans une facture très classique, ce premier opus osera emprunter à des territoires plus modernes, pop, mais à l’opposé des formatages.
Oui, c’est une gamine mais oui, elle envoie du sacrément lourd !

Seinabo Sey

Seinabo Sey est la révélation suédoise de ces dernières années. A 25 ans à peine, Seinabo Sey c’est une voix qui vous donne la chair de poule, posée sur des sonorités électro-pop et des beats R&B, le tout superbement arrangé et produit.
Son nouvel album “Breathe” sort ce printemps. Elle signe un très beau duo avec Jacob Banks mais c’est lorsqu’elle chante seule que je la préfère.
Sa voix ne peut vous laisser indifférent !
Ambiance lounge garantie !

Arat Kilo

Par la grâce de l’album « Visions Of Selam »Arat Kilo, un groupe de six parisiens comptant dans ses rangs : Michael Havard, Fabien Girard, Samuel Hirsch, Gérard Bonnegrace, Aristide Gonçalves et Florent Berteau, a décidé de faire de l’éthio-jazz son terrain de jeu musical. Et j’avoue, j’ai un gros gros faible pour la musique éthiopienne. Elle me touche droit au corps, au corps, elle m’habite toute entière, me libère…
Lorsque j’ai entendu quelques-uns des titres de ce groupe j’ai immédiatement été transportée sur le continent africain.
Ce sextuor, marqué par la collection « Éthiopiques » du label Buda Musique, a sorti le 16 mars dernier son troisième album. L’idée de la création du groupe est de prolonger les racines de ce métissage en faisant se rencontrer Afrique de L’Est et Afrique de l’Ouest, tout en y ajoutant une touche moderne de hip-hop, d’afro-beat, de dub et de reggae.

« Visions Of Selam » qui accueille les voix de la malienne Mamani Keita et du rappeur américain Mike Ladd, a été enregistré en trois jours à l’ancienne, sur bande magnétique et dans les conditions du direct. Arat Kilo a disposé d’un simple 24-pistes et de vieilles réverbs analogiques. Aucune concession n’a été faite aux machines numériques.

Pour l’anecdote, le titre de l’album a été inspiré par l’australopithèque qui a été découvert en 2000, en Éthiopie, dans la région de l’Afar, et qui serait né il y a 3 millions d’années. On lui a alors donné le nom de Selam.

Depuis que j’ai découvert l’album c’est simple je n’ai qu’une envie : aller les découvrir sur scène !

Son ok Kemet

Dans la même veine mais côté caraïbes du jazz mêlé aux rythmes africains, oui encore, et ce saxo, ce saxo…. Je craque !
Ce quartet atypique (saxophone, tuba et deux batteries) exploite les influences caribéennes d’une adolescence vécue à la Barbade au son du calypso, de la soca et du reggae. Mené bille en tête par l’incroyable clarinettiste, saxophoniste et chef d’orchestre britannique Shabaka Hutchings, un immense garçon avec une coiffure de mohican et un éternel sourire extatique aux lèvres. Il fait partie de la nouvelle scène caribéenne de Londres. Ce type, il joue du saxo avec l’énergie d’un guitariste de metal, avec un sens des boucles redoutable, un sens de la ritournelle, du riff répété jusqu’à la transe, sur des batteries déjantées. Voilà, il est temps de pousser le canapé chez vous et de danser, ça va vous mettre en forme pour la journée. comme dirait le grand Manoukian !
Leur nouvel album Your queen is a reptile est sorti et je m’en délecte ! Chaque chanson forme un véritable manifeste musical qui dénonce l’injustice de la monarchie britannique, de son système politique oppressif légitimant les inégalités sociales et la discrimination raciale.

Shabaka Hutchings refuse le système inégalitaire incarné par la Reine d’Angleterre, propose une alternative en célébrant d’autres Reines dont il fait les louages : « Nos reines à nous imposaient leur autorité par leurs actions, elles donnaient l’exemple et savaient écouter. D’un passé marqué par la cruauté et l’injustice, nos reines ont su donner naissance à un avenir radieux ».

Sur « Your Queen is a Reptile » le groupe « Sons of Kemet » dialogue avec les femmes qui les inspirent. Chacun des neuf titres est dédicacé à une « Reine Noire ». Certaines ont de l’importance aux yeux du groupe, la plupart sont des femmes historiquement fameuses, des dirigeantes de mouvements de résistance ou anti-impérialistes.
Enoooooormissime coup de foudre !

Pauline Croze – Ne rien faire

Pour terminer cette playlist, un petit moment plus calme, avec un tout autre style et une artiste que j’aime énormément.
Car j’ai une affection toute particulière pour Pauline Croze. Je l’écoute depuis des années, depuis ses débuts je crois et je suis persuadée que cette jeune femme ne rencontre pas le succès qu’elle mérite. J’aime énormément sa voix et l’émotion qu’elle dégage. Je l’ai vu sur scène il y a quelques années en première partie de je ne sais qui, ce petit bout  de femme tout frêle m’a énormément touchée. Des textes simples mais qui me touchent.

Bonne écoute !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


3 thoughts on “Ma sélection musicale du mois – Avril 2018”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.