Ce que je sais de la Sicile

Ce que je sais de la Sicile

Ce que j’aime pas dessus tout dans le voyage, c’est cette faculté à me sentir immergée dans un environnement totalement nouveau. Une nouvelle langue, de nouvelles coutumes et traditions, une nouvelle façon de vivre, de manger.
Je note chaque fois toutes les différences qu’il peut y avoir entre le pays que je visite et la France, sans chercher à juger l’un ou l’autre mais juste en m’amusant de ces petites disparités.
Le mois dernier, j’ai passé une semaine dans le sud de la Sicile et j’ai noté deux trois petites choses que désormais je sais sur la Sicile.

Un voyage pro mais pas que…

Avant de vous parler du pays en lui même, peut-être est-il utile que je revienne deux secondes sur les conditions dans lesquelles je suis partie faire ce voyage.
Car ce n’était pas des vacances. Je suis partie pour et avec mon boulot, dans le cadre d’un jumelage. J’étais sur place pour encadrer un groupe de 16 enfants de 9 à 15 ans.
J’appréhendais énormément (pire que ça même !) ce voyage à cause de ce contexte.
Nous étions tous et toutes hébergé(e)s par des familles sur place pour une immersion quasi totale dans la vie sicilienne.
Vous comprendrez donc que je ne peux pas réellement vous donner la vision d’une touriste puisque je n’en étais pas vraiment une sur place, que je n’ai pas du tout choisie les lieux visités ni la manière dont tout cela s’est déroulé. Reste que ce fût une expérience extraordinaire ! Tout s’est passé plus qu’à merveille et toutes les appréhensions que j’ai pu avoir avant le départ étaient totalement infondées. J’ai vécu une expérience humaine extrêmement enrichissante à bien des niveaux. Ce séjour m’a laissé entrevoir celle que je suis aujourd’hui, capable de bien plus que je ne pouvais me l’imaginer.

Se rendre en Sicile

Il y a 4 aéroports en Sicile dont trois accessibles par la France. Le premier à Catane, le deuxième à Palerme (situé en réalité à 35km de la ville) et le dernier à Trapani. Tous sont desservis par EasyJet, Raynair, Transavia et Air France (avec escale) Les départs se font de Roissy, Orly ou Beauvais.
Il faut compter environ 2h30 de vol de Roissy à Catane.
La meilleure période pour s’y rendre est l’automne, les températures y sont encore clémentes, s’y baigner est un vrai plaisir et il y a moins de touristes. L’été, la chaleur y est écrasante et au printemps, l’eau de la mer n’a pas eu le temps de se réchauffer. Septembre et octobre me semblent les deux mois idéaux pour en profiter pleinement.

L’accueil à la Sicilienne

Jamais je n’ai été accueillie comme en Sicile ! La gentillesse là bas est une seconde nature ! C’est assez incroyable !
Peut-être est-ce dû au contexte dans lequel nous venions mais je n’en suis pas sûre…
Lorsque nous sommes arrivés sur place le premier soir nous avons été accueillis comme des stars. Je n’avais jamais vu ça ! C’est simple, nous étions l’équipe de France un soir de coupe du monde sur les Champs Elysées ! Les italiens sont très expressifs, lorsqu’ils sont heureux ils le montrent (quand ils sont fâchés aussi d’ailleurs).
Nous avons dû leur paraître un peu coincés nous les petits français !
Au delà de cet accueil impressionnant, toutes les familles qui nous ont accueillis (et que nous ne connaissions absolument pas) nous ont pourris gâtés ! Ma collègue et moi avons été prises en charge comme si nous faisions partie de la famille, comme si l’on était déjà venues des dizaines de fois, chouchoutées comme chez nos propres parents.
Nous sommes toutes et tous repartis avec les valises remplies de cadeaux et de souvenirs. Les enfants avaient chaque jour leur sac à dos remplis de bonbons, de gâteries…
Les siciliens ont le coeur sur la main et une réelle bonté avec cette envie de partager. Certaines familles m’ont embrassé comme si j’étais leur sœur au moment de se dire au revoir, les larmes plein les yeux alors que nous n’avions échangé que 2 mots durant la semaine.
Parfois il n’y a pas besoin de mots, un regard suffit pour se comprendre, s’entendre…

Le café sicilien

J’étais prévenue… le café italien est très court, serré et très fort.
Ok….
Sachant cela, et ne buvant que très peu de café habituellement j’ai bien veillé à demander du thé pour mon petit déjeuner ! Les nuits étaient déjà assez courtes comme ça 😉
Et puis, le dernier jour, je me suis dis, allez, ce soir tu es chez toi, la journée va être longue (nous rentrions chez nous vers Minuit) fais péter le café !
A peine une gorgée et envoyé c’est pesé : voilà la dose d’un café commandé dans un bar italien.
Toujours servi accompagné d’un verre d’eau (souvent gazeuse !) que l’on doit boire AVANT le café et non pas après comme je le pensais. Non parce que moi le verre d’eau je le bois après, pour diluer le café… Hérésie ! Il faut le boire avant, pour purifier les papilles (j’ai eu droit à toute une leçon sur le sujet !)
On commande, on avale sa gorgée de café et zouh en moins de deux minutes on a quitté les lieux.
Ok… mais moi j’ai quand même bu mon verre d’eau après mon shot de caféine et que s’est-il passé à votre avis ?

Pendant 1 heure ( 1 heure !!!!!!) j’étais branchée sur du 200v ! J’étais censée faire ma valise mais mes mains tremblaient tellement que c’était impossible ! Des palpitations  de dingues, les mains qui bougent toutes seules, impossible de m’asseoir, mon corps ne me répondait plus. Je vous assure que je me suis fait un peu peur ! Déjà en France quand je bois un café un peu serré j’ai de la tachycardie mais là… j’ai bien cru que mon cœur allait exploser ! Il m’a fallu 1l d’eau bu en à peine 15 minutes pour noyer tout ça et retrouver un rythme normal.
Oui, je suis une chochotte mais faite gaffe quand même, le café là bas, ça rigole pas !

Mélanie © Alittlepieceof

Sur les routes sicilienne

Oubliez tout ce que vous avez appris en passant le code de la route !
Allez, je vous fais un petit test facile pour voir !

Vous êtes sur une route prioritaire et un véhicule arrive à votre droite sur une voie d’accélération. Que faites-vous ?
– vous le laissez passer ?
– vous continuez votre route tranquillement, vous êtes prioritaire !
– vous klaxonnez et accélérez pour bien lui signifiez que vous ne le laisserez pas passer et le prévenir que vous êtes là

En Sicile, chacun fait ce qu’il veut ! La ceinture n’est pas obligatoire (ils s’accordent à la mettre quand même lorsqu’ils font plus de 15 minutes de trajet). Les lignes blanches sont blanches pour faire joli… personne ne se soucie de savoir si l’on peut doubler ou pas, si quelqu’un arrive en face ou non, s’il y a un virage dans 100 mètres… C’est freestyle !
Certaines routes sont assez mal entretenues et cela donne un peu un effet montagnes russes. Nous sommes tombés sur un chauffeur de bus qui, en plus de s’endormir au volant, envoyait des textos en plein virage… Normal ! o_O
Je me suis aussi retrouvée pendant 3 jours à voyager sur les genoux de ma collègue coincée entre la portière et le pare brise. Normal j’vous dis !
Pourquoi ne rentrer qu’à 5 dans une voiture quand on peut caser une personne supplémentaire ?!

Mélanie © Alittlepieceof

Ca sent la pizza !

Vous n’allez pas me croire mais à la sortie de l’avion la première remarque que nous nous sommes faits fût « ça sent la pizza ! » et c’était vrai ! L’aérogare était inondée de l’odeur de pizza. Idem au retour !
Manger en Sicile est une expérience à elle toute seule ! La cuisine italienne est parmi les meilleurs du monde et il est très très très (que dis-je ! impossible !) de résister à l’appel de la gourmandise !
Pizza, pasta, sauce tomate, fruits de mer, pâtisseries à la ricotta, glaces, arancini…. Oubliez le régime ! Une semaine en Sicile c’est au moins 2 kg en plus sur la balance !
Pourtant je ne me suis quasiment jamais resservie ! Je me suis contentée de manger ce que l’on me servait !
Mais là-bas, déjà : les pâtes c’est en entrée ! Je le savais depuis mon séjour à Rome mais quand même, ça fait bizarre parce que ce n’est pas une petite portion de pâtes, non, c’est une plâtrée de pâtes avec sa sauce qui est servie. Et après ça, moi, déjà je suis calée. Mais, il y a un plat qui suit ! Un gros plat avec des pommes de terre (toujours !), de la viande ou du poisson et parfois des légumes (parfois !)
Nous n’avons pas super bien mangé dans les restaurants. Chaque fois le menu était le même (et imposé) : un plat de pâtes en sauce (ou une fois un risotto, très très al dente le riz !) suivi d’une escalope de poulet pané et de pommes de terre (sautées ou frites) le tout arrosé généreusement de coca.
Alors c’est vrai, nous étions avec beaucoup d’enfants et les menus réservés tenaient compte de ce paramètre.
Nous avons aussi eu droit à une soirée pizza dans une pizzeria réputée pour être la meilleure de la région… Au menu : pizza aux frites et pizza au Nutella…
Les pizzas sont meilleures à Rome 😉
Heureusement, ma famille d’accueil nous a cuisiné de bons petits plats… Je garde un souvenir ému de la parmigiana, du thon à la sicilienne, de la salade d’encornet (la meilleure que j’ai mangée de ma vie !!!), des cannolis à la ricotta, la sauce tomate, les pâtes aux brocolis, la mozzarella à l’huile d’olive et à l’origan, les liguini al vongole (j’en raffole !), l’espadon poêlé, le pain maison, les olives du jardin à la menthe…
A l’aéroport de Catane ne manquez surtout pas les arancini, ils sont énooooormes, pas cher et délicieux !

Mélanie © Alittlepieceof

Parla italiano ?

Je ne parle pas italien mais se faire comprendre et surtout le comprendre ne m’a pas semblé insurmontable. Il faut dire que j’ai eu la chance d’être hébergée par un sicilien qui avait fait toutes ses études en France. Et puis de nos jours, un smartphone, Google traduction et la barrière de la langue n’existe plus !
On dit que les italiens parlent vite. Cela ne m’a pas sauté aux yeux en Sicile. En tout cas j’ai chaque fois réussi à comprendre au moins une partie de ce qu’ils disaient, même entre eux.
Ce qui m’a le plus étonné, c’est cette faculté à hausser la voix dès que la conversation s’envenime un peu (ou pas). On est latin ou on ne l’est pas !
Ils ont le sang chaud ces italiens !

La crise est passée par là

C’est assez criant de voir à quel point l’île manque de moyen ! Les routes, les villes, les bâtiments sont assez peu entretenus. C’est assez sale aussi.
C’est d’ailleurs la première chose que j’ai remarqué sur le trajet de l’aéroport à notre lieu d’hébergement. Les abords des routes sont de véritables décharges, il y a assez peu de poubelles dans les rues. Jeter son emballage de chewin- gum par terre ne gêne personne et De nombreux chats et chiens n’appartenant à personne traînent dans les rues.  D’ailleurs cela ne fait qu’un an que le système de tri des déchets est mis en place !
Ne soyez pas surpris de voir des sacs poubelles suspendus par un câble à quelques mètre du trottoir, c’est pour éviter que les chiens ne les éventrent (et probablement aussi pour éviter de descendre quelques étages juste pour sortir la poubelle ah ah )

Mélanie © Alittlepieceof

 

T’as le look coco !

Le chic à la française ? Et bah on peut aller se rhabiller !
Les italiennes, en matière de look ont tout à nous apprendre ! Elles sont superbes ! Tout le temps !
Maquillées, coiffées, apprêtées… Même pour une journée à crapahuter, elles sont comme sorties d’un magazine ! Je peux vous dire que l’on faisait pitié à côté !
Toujours en talons (même leurs baskets ont des semelles compensées !) toujours lookées
Le plus extraordinaire dans tout ça c’est qu’elle ne semble pas y passer trop de temps (Arturo Brachetti sort de ce corps !) Un exemple frappant : nous avions passé la journée (de 8h à 20h !) en bus à parcourir la région de l’Etna et deux italiennes nous avaient accompagnées. Elles étaient déjà superbes compte tenu du fait que l’on allait beaucoup marcher et que ma collègue et moi étions en pantalon difforme,  sweat à capuche et baskets (plates !)
A 20h, retour à notre lieu de villégiature, chacun se donne rendez-vous 15 minutes après au restaurant pour la soirée d’adieu. Nous avons juste le temps de passer chez nos hôtes poser nos sacs, faire une pause wc et nous voilà repartis ! Lorsque nous sommes arrivés au restaurant (dans nos tenues de la journée donc) nous avons eu la surprise de voir nos 2 italiennes changées, re-maquillées comme tout droit sorties d’un magazine de mode !
On a la classe…. ou on ne l’a pas 🙂

Les couleurs de la Sicile

Ce qui marque le plus, où que l’on soit en Sicile, ce sont les couleurs. L’ocre, le jaune, surtout le jaune, le vert des cactus, des aloés et des palmiers, le bleu de la mer. C’est une explosion de couleurs qui, dans certaines régions, à l’arrivée de l’automne devient véritablement magique.
Je n’ai malheureusement pas pu prendre de photos mais mon plus beau souvenir c’est notre arrivée sur l’Etna. Durant toute la route sinueuse qui mène au volcan la végétation change du tout au tout. L’on retrouve des forêts entières d’arbres plus communs que les plantes exotiques citées ci-dessus. Le noir de la pierre de lave, le ciel bleu et cette immensité dorée sont magiques !

Mélanie © Alittlepieceof

 

***

Il y aurait encore beaucoup à dire sur l’île italienne et plein de petits détails (allant de la chasse d’eau aux interrupteurs) sont à noter mais il s’agit là évidemment principalement de mes simples impressions.
Le prochain article vous emmènera à la découverte de la capitale de la céramique.

Ce que je sais :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !


3 thoughts on “Ce que je sais de la Sicile”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *