Une semaine par mois : comment lutter contre le SPM ?

Une semaine par mois : comment lutter contre le SPM ?

Bonjour à toutes, oui à toutes parce qu’aujourd’hui je vais m’adresser particulièrement à vous mesdames.
Messieurs, je sais que vous êtes peu nombreux mais présents malgré tout, vous pouvez rester, bien entendu car le thème abordé aujourd’hui s’il ne vous concerne pas directement vous apprendra peut-être à mieux comprendre les femmes qui vous entourent.
Depuis plusieurs mois, le thème des règles et de la féminité ont envahi les réseaux sociaux et je m’en réjouis ! Sans ces femmes qui osent enfin parler de ce qui nous concerne toutes, nous serions nombreuses à probablement garder nos interrogations, nos coups de gueule et nos coups de blues pour nous. Nous continuerions à subir, en silence, pendant une semaine par mois cet état pourtant naturel et que l’on ne choisit pas mais qui vous en fait parfois voir de toutes les couleurs.
Merci à elles, merci aux auteurs qui démystifient tout cela et me permettent aujourd’hui de prendre enfin mon courage à deux mains pour vous parler moi aussi d’un sujet qui me touche tout particulièrement  : Syndrôme Pré-Menstruel (SPM ). Dans cet article je vous propose 4 méthodes simples et naturelles pour le soulager.

Le SPM, c’est quoi ?

Le syndrome prémenstruel (SPM) désigne l’ensemble des troubles qui touchent certaines femmes de façon cyclique, généralement quelques jours avant les règles, mais parfois dès l’ovulation. Il se manifeste par des désordres à la fois physiques et psychologiques, dont les degrés d’intensité varient d’une femme à l’autre.

Près d’une femme sur deux éprouve les symptômes du syndrome prémenstruel, la plupart du temps autour de l’âge de 30 ans.
Ces symptômes sont à la fois physiques et psychologiques.
Pour les plus chanceuses, le SPM se manifeste durant quelques jours, juste avant les règles et disparaît à leur arrivée. Pour d’autres, c’est une quinzaine de jours avant les règles que tout commence ! Peut-être n’êtes-vous pas plus dérangée que cela ou peut-être vivez-vous un véritable enfer ? Cela dépend également de votre contraception. Une femme sous contraceptif hormonale (pilule, stérilet à hormones, implant…) ressentira naturellement moins les effets du SPM puisque son corps est déjà bourré d’hormones à longueur de temps. Tout dépend également de votre sensibilité personnelle.
Chez certaines (5 à 10%), un syndrome ovulatoire vient s’ajouter au SPM : l’ovulation est alors très  douloureuse, s’accompagnant de signes de SPM s’aggravant tout au long de la deuxième partie du cycle. La plupart du temps, les symptômes disparaissent à l’arrivée des règles.

Les causes du SPM ne sont pas encore connues précisément : des variations du taux d’hormones ainsi que la biochimie du cerveau pendant le cycle menstruel, notamment au moment de l’ovulation, sont probablement des facteurs déclenchant. Un excès d’œstrogène, une insuffisance de progestérone, une baisse de sérotonine (hormone du bien-être) ou de mélatonine (hormone du sommeil) ont été évoquées.
Il semblerait que l’alimentation, l’hygiène de vie et le stress peuvent atténuer ou aggraver ce syndrome.
Alors si vous souffrez de syndromes prémenstruels prenez soin de vous et pensez bien à vous chouchouter dans les jours précédant les règles !

 

Margaux Motin

Mon SPM à moi

Je fais malheureusement partie, et de plus en plus avec l’âge, de celles qui souffrent de nombreux symptômes avant et pendant les règles.
Parmi ceux-ci :

  • fatigue extrême (je peux dormir jusqu’à 10h/nuit + 2h l’après-midi en période de règles, quand mon emploi du temps me le permet évidemment, soit euh…le week-end)
  • fringale de gras et de sucre (et prise de kilos, hein, forcément)
  • humeur massacrante (fuyez-moi pendant 1 semaine, sinon c’est à vos risque et périls !)
  • émotivité à son paroxysme
  • problème de peau
  • perte totale de confiance en moi et état dépressif (personne ne m’aime etc etc)
  • gonflement et douleur de la poitrine (jusqu’à 2 tailles de plus chaque mois o_O)
  • fortes douleurs lombaires
  • gonflement et douleurs au ventre
  • bouffées de chaleur
  • ralentissement voir arrêt du transit…

Bref, pendant 1 semaine c’est la cata.
Si je le pouvais, je prendrais chaque mois 1 semaine de congés juste pour que cette période se passe sans trop de tracas et pour pouvoir faire ce que mon corps me réclame à corps et à cri = se mettre en pause ! Je voudrais avoir le droit de rester enfermée chez moi, dormir de tout mon saoul, manger ce que je veux et quand je veux.
C’est évidemment (et malheureusement) impossible alors j’essaie de trouver des moyens simples, naturels et efficaces pour me soulager.

 

Lutter contre le SPM

En parler (aux bonnes personnes)

J’ai mis du temps à accepter mes symptômes comme étant la conséquence d’un état hormonal et que je n’y pouvais rien, en tout cas je ne devais pas être blâmée pour cela.
J’ai longtemps pensé (et l’on m’a fait penser) que cela n’avait rien à voir, que j’étais à moitié folle, voir cyclothymique. J’ai donc longtemps occulté cet état de fait, ce qui n’a évidemment rien arrangé.
Il y a quelques années, lorsque j’ai enfin osé aborder le sujet avec ma gynécologue de l’époque (qui pourtant n’était pas franchement ouverte à la discussion avec moi) sa réponse m’a énormément choquée ! Lui relatant mon calvaire mensuel et lui demandant de l’aide, la seule et unique chose qu’elle a trouvé à me dire fût : “allez faire du shopping, ça ira mieux après !
En plus de très mal me connaître (je déteste faire les boutiques) elle m’a semblé faire preuve d’un sexisme d’une autre époque et sa réaction m’a semblé refléter une certaine étroitesse d’esprit. Sans parler du fait qu’elle a totalement occulté le côté médical de ma question. En gros c’est comme si elle m’avait dit “ah ? madame a ses humeurs ? qu’elle aille claquer du fric, elle arrêtera de penser
C’est finalement depuis assez peu de temps, en lisant des essais sur les règles et en lisant les nombreux articles/visionnant les vidéos qui y sont consacrés que j’ai fini par me dire que j’étais comme tout le monde, ou du moins que mon cas n’était pas isolé, et qu’il fallait libérer la parole.
Avant je taisais mon état, aujourd’hui je n’hésite plus à m’expliquer si j’ai besoin d’aller me coucher encore plus tôt que d’habitude, si je pleure pour un rien ou si je suis un peu sèche dans ma façon de parler sans le faire exprès.
Parce que je sais que je suis sous le coup du SPM (sans pour autant en faire une excuse).
Parce qu’avant tout il faut que l’entourage comprenne pour mieux accepter/aider.
Si j’étais maman d’une jeune fille je voudrais qu’elle n’ait pas honte de dire “j’ai mes règles” ou “je vais avoir mes règles”.
En parler permet de se soulager émotionnellement de ce petit fardeau et mieux vivre cette période que longtemps il a fallu cacher.

Je vous invite vivement à visionner les vidéos de Julie et de Coline sur les règles, elles sont géniales et déculpabilisent vachement  !

Margaux Motin

L’huile d’onagre en cure

Les vertus de l’huile d’onagre sont reconnues pour traiter les troubles menstruels ainsi que les désagréments de la ménopause. Elle serait aussi capable de diminuer le cholestérol LDL et est aussi indiquée pour ses vertus anticoagulantes, en prévention des accidents cardio-vasculaires. En outre, les troubles digestifs et même l’asthme peuvent être soulagés par la prise de gélules d’huile d’onagre. Il est possible d’utiliser l’huile directement en cuisine ou si le goût ne vous plaît pas, de faire une cure de gélules.
Je l’utilise pour ma part pour lutter contre le SPM et ça marche !

Mon expérience :

Cette huile m’a changé la vie comme je vous le disais dans cet article sur les compléments alimentaires que j’utilise ! Lorsque je fais une cure de plusieurs mois en respectant bien les doses (2 gélules/jour) et le rythme des prises, je n’ai quasiment plus aucun symptôme du SPM ! Je sens bien les changements dus à cette période hormonalement sensible mais sans en subir les conséquences les plus désagréables. Je suis moins émotive, moins fatiguée, je souffre beaucoup, beaucoup moins, bref, je passe une semaine (presque) normale !
L’inconvénient, c’est que pour que cette cure soit efficace il faut la prendre de manière régulière, à savoir après la période de menstruations et jusqu’au début de la période suivante, soit pour moi 21 jours par mois, et ce toute l’année. C’est une certaine contrainte et j’avoue qu’après presque 2 ans d’utilisation, je commence à en avoir marre et j’ai tendance à l’oublier de plus en plus souvent…

Le spray calmea de Nupharma

Mélanie © Alittlepieceof

Le spray Calmea est un système sublingual 100% naturel qui aide à soulager rapidement les bouffées de chaleur et les troubles associés déclenchés par un déséquilibre hormonal (troubles prémenstruels/périménopausiques) grâce à son action synergique oestrogénico-anxiolytique.
Il est conseillé en cas de bouffées de chaleur, variations thermiques incontrôlables, hyperventilation, palpitations, mastodynie, migraine, sueurs intenses nocturnes, insomnies, humeur instable, irritabilité.

Comment ça fonctionne ?

Dès l’apparition des bouffées de chaleur et troubles associés, appliquer 2 pulverisations sublinguales. Garder en bouche 2 minutes puis avaler.
Répéter si nécessaire.
Toujours tenir à portée de main, à utiliser au besoin  jour et nuit.

Mais qu’est-ce qu’il y a là dedans ?

  • du fenouil qui par son action oestrogen-like équilibre rapidement les troubles liés à la pré et post ménopause, aux cycles menstruels (bouffées de chaleur, éréthisme cardiaque avec respiration hyper ventilée, sueur abondante, anxiété rétablissant apaisement et confiance).
  • du pavot  pour sa double action oestrogénico-anxiolytique dans les cas d’anxiété, émotivité, insomnie et crise de panique
    1 Action sédative sur le système nerveux central, permet à la femme de mieux contrôler son état nerveux .
    2 Action calmante car riche en aporphine (lauroscholtzine)
    3 Action oestrogénique car riche en glaucine. Effet oestrogénique propre sur les bouffées de chaleur dont il atténue les effets. Ses extraits ont une puissance comparable aux extraits oestrogéniques de synthèse au moins équivalents à l’hormone endocrinienne féminine.
  • de l’arbre à poivre qui permet de lutter efficacement contre les bouffées de chaleur, la dépression, la peur, la panique, les vertiges, les odeurs corporelles, les crampes et les maux de tête. Stimule la glande pituitaire (sommeil, relaxation), ainsi que la production d’oestrogène et de progestérone.
  • de la valériane : Anti stress, sédative, hypotensive, elle diminue l’intensité des bouffées de chaleur, combat et traite l’agressivité, l’excitation nerveuse, l’anxiété et les palpitations nerveuses, améliore les troubles de l’humeur. Action relaxante sur les syndromes prémenstruels et les douleurs menstruelles.
  • de la vitamine B6: La vitamine B6 diminue l’intensité des bouffées de chaleur en interagissant avec les neurotransmetteurs monoaminés du cerveau. Sur 46 femmes ayant reçu des compléments en vitamine B6, 49% ont vu leurs bouffées de chaleur disparaître et les autres leur fréquence diminuer.
  • du citrate de magnesium : Relaxant musculaire qui agit sur les bouffées de chaleur, l’irritabilité, la nervosité, l’anxiété, les syndromes prémenstruels, les palpitations et les dystonies neurovégétatives. Son action sur le syndrome prémenstruel et l’hyperventilation associés est très positive.

L’avantage majeur de la voie sublinguale est l’absorption complète des principes actifs passant directement dans le sang par la veine cave supérieure. Les principes actifs de CALMEA spray pénètrent directement dans le flux sanguin sans être dégradés par l’effet du premier passage hépatique qui conduit à diminuer la fraction active de certains composants naturels.

Mon expérience :

Avant de vous en parler, j’ai voulu le tester sur deux cycles pour être certaine de ses effets.
Je me suis tout d’abord rendue compte que la voie sublinguale fonctionnait très très bien sur moi. J’ai d’ailleurs testé le rescue nuit de la même manière et les effets sont spectaculaires !
Mais revenons à calmea ! Je surveille mon cycle à la loupe depuis que je suis très jeune. J’ai eu mes premières règles à l’âge de 9 ans ( nous sommes très précoces dans la famille) et depuis, il n’a quasiment jamais été perturbé. Je note scrupuleusement mes dates de règles sur mon agenda (oui, à l’ancienne, malgré toutes les applis qui existent aujourd’hui).
Je sais donc exactement quand mon SPM va commencer (sans pour autant m’y attarder, pour ne pas le provoquer à force d’y penser !) et durant mes deux précédents cycles, je me suis attachée à noter quand et comment je le ressentais pour à chaque fois utiliser le spray calméa à bon escient. Je l’ai utilisé 3 fois lors du premier cycle et 4 fois lors du deuxième. Par le simple fait du spray j’ai pu constater que mon humeur s’améliorait sensiblement et presque immédiatement.
C’est, je pense, un très bon moyen de lutter rapidement contre les désagréments du  SPM, notamment émotionnellement parlant. Après chaque pulvérisation je me suis sentie plus sereine, plus calme et moins angoissée. L’idéal étant de l’avoir toujours sur soi durant cette période.
A noter tout de même que le produit sent assez mauvais, mais en bouche il a un goût sucré.

Vous voulez le tester ? Je vous propose de bénéficier de 10% de réduction sur votre commande sur le site http://www.nupharma.fr avec le code LITTLEPIECEOF10

Les tisanes

Mélanie © Alittlepieceof

J’ai souvent lu que la tisane de feuilles de sauge aidait énormément à réguler le cycle féminin. Mais alors moi, la tisane de sauge, je n’aime pas ça ! Du tout du tout ! C’est pô bon ! Et je suis un peu comme une gamine de 5 ans à ce sujet (parmi tant d’autres ^_^), si c’est pô bon, je ne le bois pas ! (comme les médocs!)
Du coup j’avais abandonné l’idée des tisanes pendant cette période. Jusqu’à ce que je trouve l’herboristerie de Sylvie du Jardin d’Even dont je vous parlais déjà dans cet article et pour laquelle j’ai eu un énorme coup de coeur. Elle propose des mélanges de plantes adaptées à toutes les situations (ou presque) dont une pour réguler le cycle féminin. Et, là où ça m’intéresse, c’est que sa tisane Féminin est vraiment bonne ! Composée d’un savoureux mélange de sauge officinale, armoise, achillée millefeuille, mélisse, partenelle, mélilot, et de reine des prés. Plantes reconnues pour leurs effets phytothérapeutiques (antalgique et anti-inflammatoire, relaxant, antispasmodique, apaisante et régulatrice)
Lors de ma semaine de règles, je m’en fais 1 litre chaque matin et j’en bois tout au long de la journée. Cela me fait énormément de bien !

Mélanie © Alittlepieceof

Le yoga

En général, durant cette période sensible je n’ai envie de rien faire (à part dormir et manger – dormir- manger- dormir- manger…)
Pourtant, il est conseillé de rester active pour lutter contre les effets négatifs du SPM. Depuis le mois dernier, j’ai donc décidé de m’octroyer une séance spécial SPM au moins une fois durant cette semaine délicate. Il existe plusieurs séances de yoga en ligne pour soulager les maux du SPM mais j’ai eu un gros coup de coeur pour la séance de Jo ( que je découvre seulement !).
Une vraie bulle de bien-être, de bienveillance envers soi et d’écoute du corps.

La pratique de certaines postures adaptées va permettre de :

  • Soulager le bas du dos
  • Ouvrir le bassin
  • Apaiser les douleurs abdominales et les spasmes
  • Calmer le mental et le stress

On évitera juste les postures inversées et les torsions profondes qui sont trop stimulantes pour le corps que l’on cherche, durant cette période à relaxer un maximum.
Ça va tout de suite mieux, non ?

J’espère que cet article vous aura plu. Toutes ces méthodes ne se substituent pas les une aux autres mais se complètent. A vous de trouver celles qui vous conviennent le mieux.
N’hésitez pas à me dire comment vous vivez cette période du mois, quels sont vos petits trucs et astuces pour le vivre un peu mieux ou même si vous n’avez jamais ressenti la moindre gêne, l’idée est d’échanger sans tabou et sans jugement.
Et surtout, prenez soin de vous.
***

Mes autres articles sur ce thème :

Rendez-vous sur Hellocoton !


1 thought on “Une semaine par mois : comment lutter contre le SPM ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.