Ce que le yoga a changé

Ce que le yoga a changé

Ma deuxième année de yoga en cours collectif s’est achevé il y a déjà deux mois et j’avais très envie de revenir avec toi sur tout ce que cette année m’a apporté. Cela fait trois mois que cet article est dans mes brouillons, que j’écris une phrase par ici, une autre par là mais que je n’avais pas trouvé le temps nécessaire pour m’en occuper pleinement.
Parce que c’est un sujet qui me tient énormément à coeur, je voulais pouvoir t’en dire le plus possible mais aussi prendre le temps de peser chaque mot.
Cette année fût des plus riches en expérience, en apprentissage, en progression qui m’a permis d’aborder tous les aspects de cette discipline très complète.
J’étais d’ailleurs loin d’imaginer tout ce que cela m’apporterait.

Yoga is magic

Plus le temps passe et plus je me rends compte à quel point le yoga a eu l’effet d’une thérapie sur moi. Au delà de l’aspect physique de la pratique (qui apporte souplesse, énergie et peut même soigner de nombreux maux), celle-ci m’a aidé à aller de l’avant, à m’ouvrir aux autres, à me sentir mieux, à m’accepter telle que je suis, à devenir meilleure en quelque sorte.
Tout l’enjeu est d’ailleurs là : trouver l’équilibre. L’équilibre entre le corps et l’esprit, le passé et le présent, soi et les autres.
Je ne suis pas devenue baba cool pour autant (je te promets ce n’est pas une secte ^_^), le changement qui s’est produit est presque imperceptible vu de l’extérieur et seules les personnes qui me connaissent bien peuvent le voir.
Cependant, ne va pas croire que je suis en train de te dire que le yoga est magique (quoique…) et qu’il plaira à tout le monde. Ce n’est pas non plus un remède miracle qui règle tous les soucis par magie.
A chacun de trouver le moyen d’atteindre ses objectifs et pour moi, c’est le yoga.

Ce que le yoga a changé

Le sourire

Je souris beaucoup plus (et je viens de loin !). Parfois même sans raison.
Depuis que je sais que sourire produit des endorphines, l’hormone du bonheur je souris, à moi-même, aux autres, à mon reflet dans le miroir, à la vie.
On m’a souvent reproché (à raison) d’avoir le visage fermé et c’est certainement encore le cas parfois car je suis très expressive.
Un coup de mou ? une contrariété ? Cela se lit immédiatement sur mon visage et il y a encore peu de temps me voir sourire était réservé à mon entourage le plus proche.
Aujourd’hui, je souris chaque jour et cela commence dès le matin lors de ma pratique de yoga. Dès que j’ai les pieds sur le tapis, c’est automatique, sans même que j’ai besoin d’y penser, je souris largement et cela me fait un bien fou.
Je ne compte plus le nombre de fois où certain(e)s de mes proches, et même des inconnues m’ont dit ces trois dernières années combien j’étais « rayonnante ». Je suis chaque fois touchée en plein coeur.
Jamais on ne m’avait dit cela avant et chaque fois je mesure le chemin parcouru.

Le bien-être

Moi qui n’est jamais été très à l’aise avec mes semblables, qui ai peu assez d’ami(e)s (la qualité vaut la quantité), qui suis plutôt solitaire et qui ai passé de nombreuses années à tenter de passer le plus inaperçue possible, je parle et souris aux gens désormais.
Je t’assure que c’est un truc de fou ! Chaque fois que je me rends compte du changement j’ai envie de me pincer !
Que d’années perdues à tenter d’être invisible, à avoir peur du regard des autres sur moi, peur d’ouvrir la bouche (et si je disais une connerie ?) et que de changement aujourd’hui !
Je me suis ouverte au monde.
Désormais je ne fuis plus le regard des autres (à moins d’être mal à l’aise/mal lunée), je parle aux commerçants ou aux gens que je croise dans la rue (enfin pas tous hein)
Je laisse entrer dans ma vie celles et ceux qui le souhaitent et ne laisse pas filer celles et ceux avec qui le feeling passe, sans en attendre quoique ce soit, en laissant les choses venir à moi, bonnes ou mauvaises.
J’ai (enfin !) compris que je ne pouvais pas être aimée de tout le monde. J’ai compris que je devais m’accepter comme je suis, sans me demander ce que les autres pensent de moi ou s’ils me jugent. Je suis moi, j’ai mes qualités, j’ai mes défauts, je ne suis ni la plus belle, ni la plus drôle, ni la plus intelligente, je suis moi et c’est déjà pas mal.
Bon, j’avoue j’ai encore quelques manifestations de ce gros manque de confiance en moi parfois, mais déjà, la progression est énorme.

La gratitude

Pour tout cela et tout le reste, le yoga m’a appris à dire merci.
Pour tout, pour rien, à tout le monde. Dire merci est probablement le plus beau cadeau que l’on peut faire à quelqu’un.
Merci d’être là, merci de m’avoir aidé, merci pour ton écoute, merci pour ce moment, merci pour tes conseils, merci pour ton attention…
C’est tellement important ! Au delà de remercier les autres on peut même s’adresser à soi même un merci de temps en temps ou remercier la vie pour ce qu’elle nous apporte.
Dire merci fait autant de bien que de l’entendre. Essayes, tu verras.

La bienveillance

Pour moi et pour les autres.
La bienveillance envers moi c’est m’écouter un peu plus, dire non, dire stop, arrêter de culpabiliser pour tout et n’importe quoi. Écouter ce dont j’ai besoin, ce que mon corps me réclame, ce que mes envies me dictent. Ce n’est pas toujours simple mais c’est tellement bénéfique !
La bienveillance envers les autres c’est avant tout une extrême tolérance. Je l’étais déjà avant car j’ai été élevée dans l’amour et le respect de l’autre, la compassion et l’empathie mais c’est très facile de juger l’autre, d’avoir peur de celui ou celle que l’on ne connait pas, d’avoir des préjugés. Nous avons tous et toutes, au moins une fois dans notre vie, dit un truc du genre « je ne comprends pas les gens qui… »
Aujourd’hui cette simple phrase (que je prononce toujours parfois, je ne suis pas devenu moine bouddhiste non plus) m’est devenue presque insupportable.
Les gens c’est toi et moi. Nous sommes tous des gens, des gens différents les uns des autres avec des histoires, des éducations, des parcours dissemblables et qui sommes-nous pour nous juger les uns les autres ?
Et si justement on essayait de comprendre notre diversité ?
Chaque réaction, chaque action a forcément une raison d’être, au lieu de la juger pourquoi ne pas tenter, juste un instant de se mettre à la place de l’autre ?
Aujourd’hui l’incompréhension, qui peut être fréquente, notamment avec les échanges écrits, m’est devenue insupportable et j’en souffre énormément.
J’ai donc décidé plutôt que de rester sur un malentendu de demander si je ne comprends pas quelque chose. Parce-que bien souvent l’incompréhension nait d’une fausse interprétation et que seule la communication peut enrayer cela.
Cette bienveillance m’a aussi conduit à comprendre que je ne pouvais pas aider tout le monde ni même être l’oreille attentive que j’avais toujours été jusque là (oubliant parfois mon propre bien-être) et que si quelqu’un n’a pas décidé d’aller mieux alors je ne pouvais pas l’aider.
Comprendre, écouter, soutenir oui, mais aider, non. Car ce n’est pas mon rôle.

La respiration

Je te le disais déjà ici, avant de faire du yoga je vivais en apnée. Aujourd’hui non seulement je respire mais j’ai également appris à maîtriser cette respiration.
Notamment grâce aux pranayamas, des techniques de contrôle de souffle très puissantes.
En sanskrit, Prana veut dire : souffle, énergie vitale et yama : contrôle.
Le pranayama c’est retrouver l’énergie par la respiration. En cela, les techniques de pranayama sont très intéressantes pour harmoniser le corps et apaiser l’esprit.
Au début, c’est vrai, cela peut surprendre et de vieux réflexes  nous font très vite penser que l’on a l’air un peu idiot avec nos doigts sur le nez et puis… cela devient une habitude et lorsque l’on se rend compte des résultats alors, cela devient une technique indispensable.
Le Pratiloma Ujjayi m’a littéralement sauvé de l’insomnie ! Pratiqué tous les soirs, sur une durée maximum de 15 jours il aide à retrouver le sommeil.
Je t’invite à découvrir les différents pranayamas sur le site d’Emilie qui les explique très bien. Il existe aussi de nombreuses vidéos qui peuvent t’aider à débuter.

Un autre exercice tout simple : chanter ôm (un o long et un m court)!
Oui, je sais, cela fait partie des nombreux clichés que l’on a sur le yoga (des hindous en tailleurs qui chantent ôm pendant des heures dans une grotte…) mais détrompes-toi ! Le ôm a des effets insoupçonnés.
Déjà, il aide à se calmer car en chantant ôm, naturellement l’expiration se fait plus lente et plus calme. Mais c’est aussi le mantra des mantra (supeeeeer mantraaaaa !) qui invite à l’harmonie.
C’est un moyen très rapide de retrouver son calme.

Le discernement

Le yoga offre bien souvent, pour peu qu’on le pratique en toute conscience, des expériences assez étranges.
Moi qui au départ était très cartésienne dans ma pratique (privilégiant l’aspect physique), je me suis peu à peu laissé immergée dans la petite part de mystère qui entoure cette discipline.
Lors d’une pratique de yoga nidra (une relaxation profonde dirigée par ma professeur) j’ai ressenti une sensation très forte, pas douloureuse mais presque au milieu du front, juste au dessus des sourcils. Cela m’a paru tellement étrange que j’ai interrogé ma prof sur la signification de cette sensation. Elle m’a alors regardée avec de grands yeux en me disant que je venais d’ouvrir mon 6ème chakra, celui d’Ajna, appelé aussi le troisième œil. C’est ici que siège l’intuition, de clairvoyance et la connaissance de soi.
J’ai alors compris ce que cela sous-entendait et j’en ai été fortement émue.
Car cette année, plus que jamais j’ai pris le temps d’écouter, de regarder tous ces signaux que m’envoie mon corps et mon esprit depuis des années.
Cette année, plus que jamais, j’ai entendu et compris ce dont j’ai besoin, quelque chose s’est ouvert, une porte, une fenêtre, vers l’extérieur mais aussi vers ce que je veux, ce qui est bon pour moi.
Un déclic s’est produit et m’a donné ce petit quelque chose en plus que j’attendais pour enfin me lancer. Je rêve d’une autre vie, à moi de m’en donner les moyens et c’est ce que j’ai décidé de faire.
Je ne sais pas si j’irais jusqu’au bout, ni même si je réaliserais mes rêves mais au moins, j’aurais essayé.

Le lâcher prise

Pratiquer le yoga force le lâcher prise. Il faut lâcher prise sur le corps (ne pas avoir peur du ridicule, écouter ce qu’il nous dit, ressentir sans juger…) et sur l’esprit pour empêcher le petit hamster de sans cesse tourner sans sa roue (c’est bien le plus difficile).
Avant, j’étais du genre à toujours penser à l’après. Je n’ai jamais été encline à me retourner vers le passé mais j’ai toujours vécu tournée vers l’avenir.
Ne pas savoir de quoi demain serait fait était pour moi source d’angoisse.
Aujourd’hui, je me sens beaucoup plus ancrée dans le présent. Si je fais des projets, ce sont des projets à long terme, et surtout, sans objectifs de résultat.
Je vis sans trop penser au lendemain, en essayant de profiter de l’instant. Ne pas chercher à tout planifier, organiser, prévoir mais sans attente quelconque. Laisser les choses venir, se donner les moyens de ses envies mais sans être obnubilée par ce qui se passera finalement. Advienne que pourra.
C’est difficile, vraiment, mais le jeu en vaut la chandelle.

La vie du bon côté

Sans même être adepte du yoga tu peux tester ceci : Pratipaksha-bhavana. Cela peut s’apparenter à la méthode Coué et c’est très simple à mettre en place.
Une pensée négative ? hop on pense à son contraire. Tout simplement.
En se levant, après une nuit d’insomnie ou de cauchemars l’esprit va immédiatement s’orienter vers le négatif (je suis crevé-e-, je vais passer une mauvaise journée, je n’ai pas envie de me lever…) Stoppe le tout de suite ! Dis toi tout l’inverse ! « Je suis en super forme, j’ai super bien dormi, oh joie une nouvelle journée qui commence ! »
Cela parait idiot mais je vous assure que cela fonctionne !
Et c’est quand même mieux de voir sa vie du bon côté plutôt que de se laisser entrainer sur notre pente naturelle de défaitiste non ?

J’peux pas, j’ai yoga

Le yoga fait désormais partie de ma vie et je crois que je serais très malheureuse si je devais m’en passer.
Cela a d’ailleurs été ma plus grande crainte cette année suite aux fortes douleurs que j’ai eu à l’épaule et au coude. A aucun moment je n’ai souhaité arrêter de pratiquer. J’ai adapté ma pratique, j’ai dû rater 1 ou 2 cours collectifs mais il était hors de question pour moi de laisser mes pathologies m’empêcher de faire du yoga. Au contraire même, le yoga et la yogathérapie m’ont énormément aidé à garder la mobilité de mon bras.
Le yoga ne peut se pratiquer en dilettante, en tout cas pas si l’on veut obtenir un résultat (quelqu’il soit). C’est une pratique qui demande à être régulière et concernée.
Si l’on veut atteindre l’objectif que l’on s’est fixé, qui peut aller de « devenir plus souple » ou « avoir confiance en moi » alors il faut y croire et être régulier.
Ainsi j’ai fait de ma pratique du yoga l’une de mes priorités.
En plus du cours collectif hebdomadaire auquel j’assiste, je pratique (presque) chaque matin et chaque soir.
Le matin pour m’éveiller et me préparer à la journée qui m’attend et le soir pour me détendre, ne pas (trop) subir les effets de ce qui s’est passé (de bon ou de mauvais) et m’aider à trouver le sommeil (qui décidément, bien souvent ne veut pas de moi).

Ce que le yoga n’a PAS changé

Ne va pas croire que le yoga est un remède miracle à tout.
Même s’il m’aide énormément sur beaucoup d’aspects différents mais essentiels, il me reste bien des points sur lesquels je dois encore travailler.

  • Je ne suis toujours pas souple ! Mais alors vraiment, vraiment pas.
  • Je ne gère toujours mon hypersensibilité. Je me laisse toujours envahir par mes émotions, moins souvent c’est vrai mais encore un peu trop à mon goût.
    Je ne parviens pas encore tout à fait à les identifier et encore moins à les accepter comme étant la conséquence d’un besoin.
  • Je dors toujours très mal. Soit je mets des heuuuures à m’endormir soit mes nuits sont rythmées par des rêves dignes d’un studio d’hollywood.
    Les pranayamas m’ont beaucoup aidé à retrouver le sommeil que j’avais totalement perdu pendant presque un an je n’ai toujours retrouvé (l’ai déjà eu un jour ?) de sommeil réparateur. Je sais quelle en est la cause et je travaille dessus.

Pour toutes ces raisons, j’ai hâte que les cours débutent, d’autant que les mois à venir s’annoncent à la fois intenses, épuisants et stressants et qu’il va me falloir que je veille à ne pas me laisser submergée…
Je suis impatiente de débuter cette nouvelle année de cours qui j’en suis certaine sera à nouveau riche en apprentissage.

Et toi, c’est quoi ce petit truc qui te fait du bien ?

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !


7 thoughts on “Ce que le yoga a changé”

  • Et bien, quel article & quelle thérapie. Je ne pensais pas que le yoga pouvait avoir toutes ces vertus. Je n’en suis pas étonnée pour autant. C’est certes tout à fait personnel mais c’est une bonne chose pour toi. Ce n’est pas miracle comme tu dis mais c’est une bonne (très bonne) marge de progression pour soi même.

    Je ne pratique pas le yoga et ma souplesse ne me donne pas envie d’en faire. Pour me détendre, pour souffler un bon coup, pour me vider la tête, pour extérioriser, je marche. Seule ou avec mon ami. On marche facilement 10-12Km et en marchant, on parle (seule oui oui ou avec lui) et régulièrement j’arrive à lâcher prise comme ça.

    View Comment
    • Merci infiniment pour ton commentaire. Le yoga est vraiment très complet si tant est que l’on accroche. Pour moi c’est une vraie rencontre. Je marche aussi, et tu as raison cela fait le plus grand bien.
      À bientôt

      View Comment
  • C’est chouette de voir un tel engouement !

    J’ai déjà testé le yoga mais je lui préfère le Pilates que j’enseigne en salle de sport et école de danse. Les bienfaits – comme pour la pratique de toute activité sportive en général -sont tellement agréables !

    Belle rentrée alors ! Namaste ! 😉

    Sabine

    View Comment
  • Merci Mélanie pour cet article très complet…Je me souviens avoir déjà lu ton 1er article l’année dernière et avoir à la suite eu envie de tester cette pratique…ms prise dans le tourbillon de la vie, le travail, deux enfants en bas âge…je ne suis pas arrivée à m’octroyer ce tems pour moi…Septembre est lâ est j’ai de nouveau eu envie de me lancer ds un cours co…et la lecture de ton article me conforte encore plus…Sincèrement plusieurs personnes autour de moi ont testé le yoga et ont adoré et tous m’ont parlé des bienfaits ressentis et apportés par cette pratique! Après il faut accrocher ce qui me fait un peu peur.. j’avais testé la sophro et je n’avais pas vraiment réussi à accrocher, à me détendre et à en ressentir les effets sur moi…Le pilates m’avait plus convaincu…ms je pense que le Yoga m’apporterait plus au niveau relaxation, confiance en soi…ce dont je manque cruellement! En tout cas un grand merci pour ton article. Bises

    View Comment
    • Un grand merci à toi Inès.
      Comme toi il m’a fallu du temps pour me lancer dans le yoga, il a fallu que le « bon moment » se présente et aussi la bonne prof. J’ai d’abord essayé seule, à la maison, avec des DVD et youtube puis je me suis renseignée autour de moi pour trouver LA prof qui me conviendrait. Tu peux tester plusieurs cours (il y a toujours voir 1 voir plusieurs séances d’essai et voir si cela te convient. Mais ce n’est pas simple avec des ptits bouts de trouver u temps pour soi c’est vrai. Je suis sûre que cela viendra. Merci encore pour ton adorable commentaire et surtout prends bien soin de toi. Gros bisous

      View Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *